Adhérer
Faire un don
Nous écrire
Joindre un contact local
La vie est née avec l'alternance naturelle du jour et de la nuit que l'ANPCEN encourage.
Consultez plusieurs fois notre site : couleurs et sons de la nature évoluent avec le cycle des heures !
Nous sommes le 02 août 2021 et il est
. Aujourd'hui la nuit commence à 21:55 à Paris.
  Vous écoutez actuellement le Troglodyte mignon
> Découvrir l'association

> Découvrir les enjeux de la qualité de la nuit

Soutenir nos actions

> Comprendre nos positions et actions nationales

> Comprendre nos actions locales

Participez à Villes et Villages étoilés et Territoires de Villes et Villages étoilés

> Participez vous aussi !

> Découvrir soutiens et témoignages

> Échanger

Editorial

 

 

Découvrez l’ANPCEN ! Une association en France dont l’objet social, de manière unique, est entièrement dédié aux enjeux pluriels de la qualité de la nuit et de l’environnement nocturnes, depuis plus de 20 ans. Son expertise ainsi acquise est tout à fait originale. L'action de l'ANPCEN ne se résume pas à une action symbolique quelques minutes ou quelques heures dans l'année. Avec patience, persévérance, l'association travaille de manière continue, toute l'année, pour effectuer un travail de fond.

Elle est la seule association oeuvrant par une approche globale et agissant en même temps aux deux dimensions d'action, nationale et locale, avec des coopérations internationales. Avec ses adhérents dont une centaine d'associations membres, des collectivités, des individus et familles, ses donateurs, les abonnés des réseaux sociaux, l’ANPCEN mobilise une communauté de près de 10 000 personnes. Elle agit au niveau national comme local, de manière désintéressée et bénévole. Reconnue d'intérêt général, elle a reçu en 2014, pour la 1ère fois, l'agrément national des associations de protection de l'environnement. Cet agrément lui a été renouvelé en 2019. Nos principales réalisations sont ici.

 

Au niveau national :  une action continue de plaidoyer et de pédagogie auprès des interlocuteurs nationaux (ministères, administrations, Parlement, Afnor, têtes de réseaux nationaux....

Code de l'environnement : l’ANPCEN a contribué à faire reconnaître l’enjeu de l’environnement nocturne dans les lois Grenelle de l’environnement et suit chacune des étapes de l’élaboration des décrets et arrêtés associés. De même, l'ANPCEN a fait inscrire en 2015 trois articles relatifs à l'éclairage et aux nuisances lumineuses dans la Loi de transition énergétique. L'ANPCEN a fait reconnaître en 2016 les paysages nocturnes comme patrimoine commun de la Nation et le devoir pour tous de protéger l'environnement nocturne dans loi sur la biodiversité.  L'ANPCEN a négocié l'arrêté d'extinction des façades, vitrines, bureaux non occupés entré en vigueur en 2013 et elle a effectué 3 bilans nationaux de terrain de son application. Après un recours associatif gagné devant le Conseil d'Etat, l'ANPCEN a mené 9 mois d'échanges et discussions en 2018 pour voir publiés deux arrêtés en décembre pour un grand nombre d'installations lumineuses. L’association a contribué également aux discussions sur une norme expérimentale de l'Afnor et sur les certificats d’économie d’énergie de l'éclairage public. L'ANPCEN a fait avancer l'inscription des effets sanitaires et sur la biodiversité des LEDS dans le Plan national santé environnement. L'ANPCEN répond également à un grand nombre de consultations publiques afin de faire progresser l'approche intégrée des enjeux d'éclairages.

Eclairage du XXIème siècle : l'ANPCEN souhaite un éclairage contemporain. Mais la modernité et l'innovation ne se résument pas seulement à l'achat de la dernière technologie, de gestion électronique et autres objets dits "smart" ou "intelligents". L'innovation réside dans une nouvelle conception des finalités de l'éclairage et une approche globale : prise en compte des coûts globaux et impacts globaux, des installations lumineuses sur l'ensemble du cycle. Avec l'intégration à réaliser désormais des externalités environnementales, sanitaires et sociales de l'éclairage. L'innovation consiste à répondre aux besoins réels ajustés aux territoires, donc des habitants, et non faire partir les choix de l'offre et des prescriptions des acteurs économiques directement intéressés. Les enjeux du XXIème siècle nécessitente plus de sobriété lumineuse, en se fixant avec un peu de bon sens des limites. Les entreprises du secteur sont appelées à des démarches de responsabilité sociétale exemplaires, les situant en ce domaine au niveau des entreprises d'autres secteurs, et reposant sur des engagements publics de progrès.

Biodiversité et santé humaine : l’ANPCEN porte la recommandation nationale historique d’une meilleure gestion de la lumière dans les trames vertes et bleues sous la forme d’une « trame nocturne », et la prise en compte de la lumière artificielle dans les continuités écologiques est désormais entrée dans la loi biodiversité depuis 2016, grâce à notre plaidoyer. De même, l'ANPCEN oeuvre à la prise en compte des effets de la lumière dans les politiques ou actions de santé-environnement. Le suivi des effets des Leds par l'ANSES est ainsi entré pour la première fois dans le 3e plan national santé environnement et les effets des nuisances lumineuses et d'éclairages à forte composante bleue sont renforcés dans le 4e plan.

Open data : l'ANPCEN demande un accès ouvert aux données publiques de l'éclairage public, en accord avec les engagements internationaux et nationaux pris par le gouvernement.

Gouvernance : l'ANPCEN demande à participer à l'élaboration de tous les textes de référence sur l'éclairage. L'ANPCEN demande expressément un changement de conception : passer d'un éclairage organisé sous l'impulsion de l'offre économique à celui d'une réponse à des besoins avérés, moins théoriques et le plus souvent sur-dimensionnés. L'ANPCEN demande une politique nationale de la lumière artificielle nocturne avec au minimum un objectif de réduction de la quantité de lumière émise, un suivi réel par l'Etat des évolutions, des expertises totalement indépendantes, avec une approche globale d'effets et des coûts de l'éclairage....

Pédagogie : l’ANPCEN sensibilise tous les interlocuteurs nationaux et locaux aux enjeux de l’évolution incontrôlée et exponentielle de l’éclairage public, et plus largement d'éclairages extérieurs, privés et publics, entraînant des halos de pollution lumineuse, des lumières intrusives, la disparition de la nuit par dégradations de l’environnement nocturne. Ainsi l’ANPCEN recense des données et notamment liste les communes pratiquant l’extinction nocturne en milieu de nuit. Elle recommande également un meilleur recours à l’extinction partielle ou totale, dans la gestion des communes, afin d'agir d'abord avec bon sens, avec des dispositions simples, sans coût et à économies immédiates, en euros, en Kwh et en nuisances lumineuses. Nous développons de nombreuses recommandations depuis plus de 20 ans. Elles s'avèrent de plus en plus reprises et utilisées par tous.

Outils : l’ANPCEN a mis au point une véritable "boîte à outils" comme une cartographie de pollution lumineuse et des étiquettes environnementales originales, sur le modèle des étiquettes énergie déjà connues du grand public, pour permettre aux élus de situer la performance des dispositifs existants et de fixer leurs objectifs en termes d’éclairage public. Elles permettent également de promouvoir ces objectifs de manière lisible et simple auprès des citoyens. L'ANPCEN publie des documents grands publics, de la documentation pour les élus et équipes municipales, les acteurs environnementaux... Elle recense des études scientifiques. Elle a réalisé une série de témoignages videos d'élus, un guide de 16 pages de 40 questions/réponses pour les communes. Elle propose une charte d'engagements volontaires aux communes et valorise les progrès par un label national. Elle a conçu des infographies pédagogiques sur les règles d'extinction d'un arrêté de 2018. Elle produit des recommandations pour accompagner les choix d'éclairages et environnementaux des acteurs publics et privés.

Nos recommandations nationales ou positions sont régulièrement mises à jour et sont consultables sur notre site.
 

 

Localement : au plus près des communes et des citoyens

Conférences, animations, expositions, réunions publiques… : les correspondants locaux de l’association alertent et sensibilisent toute l’année citoyens et décideurs publics nationaux et locaux sur la pollution et les nuisances lumineuses. Ils participent aux animations de découverte de l'environnement nocturne.

Charte et conseils : l’ANPCEN a conçu la première charte proposée en France à la signature des communes qui acceptent de s’engager volontairement à rénover leur éclairage extérieur et ses usages, en intégrant les dimensions environnementales dans leur projet. Près de 400 communes, conseils généraux, communauté de communes, syndicats d'énergie l'ont déjà signé : des millions d'habitants sont déjà concernés ! Deux villes de plus de 100 000 habitants se sont engagées aux côtés de l'ANPCEN, en la signant, et montrant que l'action est possible quelle que soit la taille de la collectivité. L’ANPCEN organise des échanges et rencontres, apporte des solutions et des conseils, gracieusement et bénévolement, à ceux qui souhaitent mieux gérer les éclairages extérieurs publics et privés, ou faire comprendre les enjeux.

Le label national Villes et Villages Etoilés est un label original qui valorise localement toutes les communes qui agissent ou veulent progresser par un label national valable 5 ans : 722 communes labellisées, de une à cinq étoiles, ont vu ainsi leur démarche de progrès valorisée, localement et nationalement. Le choix de l'ANPCEN est d'agir sur tout le territoire et non pas réserver la qualité de ciel à quelques espaces peu ou non habités. La démarche d'inscription d'abord communale a été élargie aux territoires, afin de favoriser des participations collectives.

 

International : en réseau

L'ANPCEN échange et coopère avec des acteurs internationaux de pays voisins.
De plus, l'association américaine, International Dark sky Association, lui a décerné un Trophée en 2013 "pour son leadership audacieux"...

Et, important à savoir, ....toutes nos actions sont désintéressées et bénévoles !

 

Masquer la sous-rubrique

> Notre actualité

> Nos principales réalisations

> Nos missions

> Notre bulletin

> Nos publications

> Notre boîte à outils

> Notre site

> Notre organisation

> Nos partenaires
Villes et Villages étoilés 2019-2020 : et les lauréats sont ...

« Villes et Villages Étoilés 2019-2020 »
L’Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l’Environnement Nocturnes (ANPCEN) 

a labellisé 364 communes françaises, situées dans 75 départements et 14 régions différents,

et a distingué 4 territoires dans 4 régions,

pour valoriser leurs efforts en faveur d’une meilleure qualité de la nuit.

 

Villes et Villages étoilés confirme son attrait. Près de 600 communes inscrites, lors de cette édition...

Et toutes éditions : 722 communes disposent désormais d'un label valide pour 574 précédemment,
soit une progression de près de 26 % !

Evolution, toutes éditions :

          

Villes et Villages étoilés

Une démarche d'intérêt général pour tous les citoyens et pour l'environnement

 

Le label national Villes et Villages Etoilés, organisé par l'ANPCEN, récompense les communes et les territoires engagés dans une démarche d’amélioration continue de la qualité de l’environnement nocturne tant pour les humains que pour la biodiversité ; il incite à la réduction de pollution lumineuse, aux économies d'énergie, à la diminution de coûts publics inutiles et à la sensibilisation des habitants aux différents enjeux de la pollution lumineuse.

« Villes et Villages Étoilés » confirme son attrait auprès des communes. Nous savons que les préoccupations envers les nuisances lumineuses grandissent en France. Aussi bien chez les citoyens que parmi les élus municipaux ou représentants de territoires. De plus en plus vécues et reconnues comme une véritable pollution, elles suscitent des évolutions, dont les extinctions d'éclairages extérieurs inutiles en coeur de nuit.

La réglementation qui entre en vigueur progressivement jusqu'en 2025 doit contribuer à inciter à plus de sobriété lumineuse. Avec +94 % de quantité de lumière émise en 20 ans et des lumières trop blanches, mal orientées, trop puissantes, démesurées… il est urgent de changer de conception et d’usages pour les éclairages extérieurs dans chaque commune en France. Notre pédagogie de terrain a fait faire d’énormes progrès et nous avons réussi à mettre cette question à l’agenda public, notamment avec la reconnaissance des nuisances lumineuses dans quatre lois et la réglementation, dont la loi relative à la biodiversité établissant notamment que "les paysages nocturnes sont un patrimoine commun de la nation". Le label contribue aux objectifs publics relatifs aux nuisances lumineuses.

Nous veillons à la mise en oeuvre sur le terrain en valorisant tous ceux qui s'engagent dans une démarche de progrès. Villes et Villages étoilés prolonge ainsi les différentes actions de sensibilisation et d'accompagnement gratuites, mises en place avec les bénévoles de l'ANPCEN tout au long de l'année, et ce depuis plus de 20 ans."

L'analyse des résultats montre enfin qu'agir envers  la pollution lumineuse permet de concilier attention écologique et économies, créant ainsi des processus gagnants pour tous et pour l’environnement : « Les Villes et Villages étoilés par exemple éclairent 34% de moins que la moyenne nationale et 47 % de moins que les communes qui ne pratiquent aucune extinction nocturne. Elles ont économisé près de 6 millions d'euros grâce à la pratique d'extinction en coeur de nuit. En augmentation de 270 % en deux éditions. En outre, ces communes projettent d’économiser encore 2 millions euros.

En 2019-2020, le label national a été soutenu par le Ministère de la Transition Ecologique.

Il est relayé par l'Association des Maires de France, la Fédération nationale des Parcs Naturels Régionaux, les Eco Maires, la LPO et l'Union nationale des Centres permanents d'initiatives pour l'environnement.


La remise officielle des résultats complets à été faite auprès de Bérangère Abba, Secrétaire d'Etat chargée de la biodiversité, ministère de la transition écologique, par la présidente de l'ANPCEN. A cette occasion la ministre soulignait :

"C'est aussi par des gestes simples que nous pouvons, au quotidien, préserver le vivant. Parmi ces engagements à la portée de tous, la limitation de la pollution lumineuse fait office d'exemple.

Les associations telles que l'ANPCEN sont essentielles à la sensibilisation des publics en ce sens, et au maintien de l'équilibre entre activités humaines et environnement, nécessaire à la sauvegarde de la biodiversité".

Voir l'actualité site MTE


Le millésime 2019-2020

 

Validité : 5 ans, à partir de l'édition 2019-2020


Communes :

Les 364 communes retenues dans cette édition par l’ANPCEN représentent la diversité de communes françaises : de la plus petite commune ....  qui a 23 habitants, Roussieux (Drôme) à la plus grande Strasbourg (Bas Rhin) avec 280 000  habitants. Pour l'édition 2019-2020, 1  commune a obtenu 5 étoiles, 19 communes ont obtenu 4 étoiles, 129 communes 3 étoiles, 127 communes 2 étoiles et 88 communes 1 étoile.

17 villes de plus de 10 000 habitants sont labellisées de 1 à 3 étoiles dans 8 régions différentes : Strasbourg (280 000 h), Roubaix (96 500 h), Niort (59 000 h), Grasse (50 700h), etc. L'action envers la pollution lumineuse peut s'exercer indépendamment de la taille de la ville.

153 communes en 2019-2020 sont situées dans un parc national ou naturel régional. Les parcs nationaux n'enregistrent que 2 communes labellisées dans le Parc national du Mercantour et le Parc national de la Réunion.

93,4 % des communes labellisées sont adhérentes de l’AMF et des Eco-Maires.

Néanmoins, si « Villes et Villages étoilés » valorise des démarches volontaires de progrès, chaque commune labellisée garde, suivant son niveau de labellisation, une marge de progrès plus ou moins importante. De plus, leur espace peut-être soumis à une pollution lumineuse locale provenant d’éclairages privés qui ne dépendent pas de la gestion directe de la commune, ou à une pollution lumineuse locale émise à distance par des communes environnantes, qui nécessiterait de mettre en œuvre le principe de solidarité écologique inscrit dans la loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages votée en 2016.

Territoires :

4 territoires, une communauté de communes (dpt) et 3 parcs naturels régionaux (dpts) se voient décerner la distinction « Territoire de Villes et Villages étoilés » pour la première fois.

 

Consulter tous les résultats

Visualiser la carte des communes labellisées et des territoires distingués


Les territoires distingués

Pour la 1ère fois, l'ANPCEN proposait des participations collectives pour encourager des dynamiques territoriales.

 

4 territoires représentant 222 communes dans 4 Régions différentes obtiennent pour la première fois la distinction « Territoire de Villes et Villages étoilés » dans l’édition 2019-2020 :

  • la Communauté de Communes du pays de Mortagne (Vendée- Pays de la Loire) (11 communes)
  • le Parc Naturel Régional du Gâtinais français (Ile-de-France) (69 communes)
  • le Parc Naturel Régional des Causses du Quercy (Occitanie) (95 communes)
  • le Parc Naturel Régional des Préalpes d’Azur (Provence-Alpes-Côte d’Azur)  (47 communes).

                          


Labellisation des communes dans les différentes régions - Edition 2019-2020

1 - Nouvelle Aquitaine : 85 communes
2 - Auvergne Rhône-Alpes : 67 communes
3 - Occitanie : 46 communes


4 - Grand Est : 28 communes
5 - Provence-Alpes Côte d'Azur : 26 communes
6 - Centre Val de Loire : 23 communes

7 - Pays de la Loire : 23 communes
8 - Bretagne : 17 communes
9 - Normandie : 14 communes
10 - Bourgogne Franche-Comté : 13 communes
11 - Ile de France : 11 communes
12 - Hauts-de-France : 7 communes
13 - Corse : 3 communes
14 - La Réunion : 1 commune

Classement des régions lors de l'édition 2019-2020 par communes :

Classement des régions lors de l'édition 2019-2020 par nombre d'habitants :


Quelques chiffres à retenir 

 

 

 

★ Gains directs - bonnes pratiques

34 % en moins de durée moyenne annuelle de fonctionnement de l’éclairage public dans les communes labellisées, par rapport à la moyenne nationale de 3 300 heures (ADEME 2014).

47 % en moins de durée d’éclairement, par rapport à 4100 heures de fonctionnement annuel par des communes qui n'éteignent pas en milieu de nuit.

96 % des communes labellisées pratiquent une réduction de la durée d'éclairement

33 kWh/hab : c’est la consommation annuelle moyenne par habitant des communes labellisées en 2019-2020. En diminution de 37.7 % en deux éditions...

Plus de 31 % en moins de puissance utilisée par lampe (par rapport à la référence ADEME 2014).

70 % des communes agissent en réduisant la puissance des sources lumineuses installées.

>> Il faut noter néanmoins que la baisse de consommation d’énergie, trop souvent confondue avec la réduction de pollution lumineuse, ne correspond pas systématiquement à la réduction de quantité de lumière émise.

Près de 6 millions d'euros économisés pour les 364 communes labellisées  grâce à la pratique d’une extinction en cours de nuit : la 1ère source d’économies réside bien dans les usages de la lumière ! Une pratique fortement recommandée par l'ANPCEN. Un gain en hausse de 270 % en deux éditions.

2 millions d'euros d'économies : c'est ce que les communes envisagent d'économiser encore.

37 % des communes déclarent supprimer des points lumineux inutiles : agir par la dé-densification est essentiel... et bien avant d'engager de nouvelles dépenses publiques.

54 % des communes déclarent utiliser prioritairement des lampes jaunes-orangées (Sodium Haute ou Basse Pression ou LEDs ambrées non blanches), réduisant les impacts sur la biodiversité et les Humains, par rapport aux lampes émettant une lumière blanche, comme les lampes à iodures métalliques et aux LEDs blanches.

77 communes parmi les labellisées ont signé une charte avec l’ANPCEN, soutenue par le Ministère de la Transition Ecologique, les faisant entrer dans une démarche d’attention à leur environnement nocturne. Plus 35 % par rapport au millésime précédent.

200 communes ont pratiqué une expérimentation d'extinction en coeur de nuit. Une pratique fortement recommandée par l'ANPCEN depuis des années. En hausse de 163 % en deux éditions.

44 % des communes déclarent inciter les acteurs privés à mettre en œuvre une extinction après la fin d’activité ou en cours de nuit.

75,5 % des communes utilisent désormais les horloges astronomiques, recommandées depuis de très nombreuses années par l’ANPCEN. 87 % des armoires sont déclarées équipées.

Près de 40 % des communes labellisées indiquent mener des actions de découverte ou prise en compte de la biodiversité nocturne.

33 % des communes labellisées qui déclarent des continuités écologiques sur leur territoire, disent intégrer la gestion de la lumière nocturne : il s’agit d’une recommandation portée par l’ANPCEN (trame nocturne) et inscrite désormais dans la loi relative à la biodiversité.

1.37 % seulement des communes incitent à des concours de maisons illuminées par les particuliers, en fin d’année.

 

Pratiques restant à améliorer

63 % des communes labellisées n'ont pas mis en place les contrôles nécessaires pour vérifier l’application de la réglementation.

Pourtant deux autorités publiques ont la responsabilité de l’application de la réglementation en vigueur : les communes pour toutes les installations lumineuses citées dans la réglementation et l’Etat pour les installations lumineuses communales.

23 % de lampes à décharge blanches et 21 % de LEDs sont installées. Beaucoup trop souvent des LEDs trop puissantes, éblouissantes, trop blanches sont prescrites et installées. Ces technologies, malgré les allégations écologiques qui les entourent, contribuent trop souvent à augmenter la quantité de lumière émise la nuit en réalité.

Les communes qui connaissent mieux les impacts négatifs des LEDs, diversifient leurs choix, réduisent les puissances et, souvent grâce à l’ANPCEN, commencent à commander au minimum des LEDs de couleurs plus chaudes, en deçà de 2700K.

19 % seulement des communes mettent en place des mesures de prévention des impacts environnementaux des LEDs et lumières à fortes composante bleue : une forte méconnaissance des effets négatifs perdure et les allégations des prescripteurs conduisent les communes à croire qu’il s’agirait d’une solution 100 % écologique, à privilégier dans tous les cas.

30 % de baisse des lampes Sodium Haute Pression en deux éditions, face à la prescription économique massive de LEDs.

20 % seulement de communes rendent publiques les données d’équipement de leurs éclairages sur le territoire, alors que nombre de communes publient des données communales en open data.

50,5 % de réclamations reçues par les communes en raison d’installations lumineuses inadaptées : lumières intrusives, gênantes, éblouissantes et installations inutiles, trop fortes : beaucoup de progrès restent à faire en ce domaine. L’ANPCEN reçoit de plus en plus de demandes de citoyens gênés par les lumières artificielles cherchant une solution à leur problème, souvent ne parvenant pas à se faire entendre localement.

11 % seulement de communes pensent à installer des caches latéraux sur les lampes proches des logements ou installées en façades, pour protéger les émissions intrusives de lumière vers les habitations.

18 % seulement des communes installent des éclairages passifs (catadioptres ou autres) pour éviter de nouvelles installations lumineuses.

41.2 % des communes ne demandent pas d’étude des niveaux d’éclairement réellement utiles lors de rénovations ou installations de luminaires. Un trop grand nombre d’entre elles sont trop puissantes.

16 % seulement de communes réduisent leur abonnement de puissance électrique souscrite, alors qu’elle se révèle souvent surestimée par rapport aux besoins réels.

32.7 % des communes utilisent encore une norme à l’origine de sur-équipement et sur-éclairage et ignorent le plus souvent qu’elle n’est pourtant pas d’application obligatoire.


Millésimes précédents et reconquêtes d'étoiles

 

Les labellisées de précédentes éditions (hors 2017) devaient concourir pour maintenir leur label ou le faire progresser.

71 communes perdent leur label de précédentes éditions pour diverses raisons : soit elles n’ont pas représenté leur dossier ou ne l'ont pas terminé. Parfois suite à un regroupement administratif de communes, elles n’ont plus en tant que telle la compétence de l’éclairage, parfois un changement d'équipe municipale n’a pas maintenu la volonté de valoriser les efforts entrepris par une équipe antérieure.

Consulter la liste des communes délabellisées


images/20141111134753_hfx2d3_image678.jpg

Les communes labellisées 

et territoires distingués

reçoivent 

 

- un diplôme individualisé, remis en présence des habitants et des acteurs locaux et des médias...

l’ANPCEN adresse également un courrier personnalisé à chaque commune candidate, labellisée ou non, pour lui indiquer son évaluation et des axes de progrès envisageables pour renforcer la qualité de la nuit sur son territoire, afin de renforcer la dimension pédagogique de ce concours et pour permettre aux communes non encore labellisées lors de cette édition de progresser en vue d’une future participation.

Pour ce faire, des étiquettes environnementales, élaborées par l’ANPCEN, sur le modèle connu d’étiquettes énergies, sont proposées pour mieux qualifier l’impact des nuisances lumineuses, suivant quatre critères, indissociables les uns des autres, que sont la consommation et l’orientation des sources lumineuses, la puissance lumineuse installée et la colorimétrie des lampes pour limiter au maximum les impacts de la pollution lumineuse due à la lumière blanche. Voir notre rubrique.

- les communes peuvent également valoriser leurs étoiles sur des panneaux signalétiques à implanter à leurs entrées ou dans la commune.

 

- les territoires distingués pourront le faire également pour la 1ère fois.

 

 


Fort engouement autour de Villes et Villages étoilés !

★ Très fort intérêt des médias nationaux et locaux

★ Témoignages concrets d'élus locaux. Découvrir 10 témoignages videos

★ Beaux moments :

Remises de diplômes individualisés, inaugurations de panneaux aux entrées de communes... autant de beaux moments partagés entre élus, habitants et l'Anpcen. A découvrir en images 

                                                                                    


Villes et Villages étoilés : une trame étoilée en France

722 communes labellisées en France et 4 territoires distingués



                



Chargement en cours de la galerie de photos . . .

Nom : M.d.P. :    Identifiants oubliés

  

      Nous rejoindre :   
Rechercher :
parmi :
   
Traduire avec Google :
 
 
 









                                                                     Site internet de l'Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l'Environnement Nocturnes (ANPCEN) | 21 connecté(s) | Mode impression | Plan du site | Mentions légales