Adhérer
Faire un don
Nous écrire
Joindre un contact local
La vie est née avec l'alternance naturelle du jour et de la nuit que l'ANPCEN encourage.
Consultez plusieurs fois notre site : couleurs et sons de la nature évoluent avec le cycle des heures !
Nous sommes le 19 novembre 2017 et il est
. Aujourd'hui la nuit commence à 17:33 à Paris.
  Ecoutez les sons de la nature en cliquant sur le haut-parleur
> Découvrir l'association

> Découvrir les enjeux de la qualité de la nuit

Soutenir nos actions

> Comprendre nos positions et actions nationales

> Comprendre nos actions locales

Participez à Villes et Villages étoilés

> Participez vous aussi au suivi de la qualité de la nuit

> Découvrir soutiens et témoignages

> Échanger

Editorial

 

 

Découvrez l’ANPCEN, seule association en France dont l’objet social, de manière unique, est entièrement dédié aux enjeux pluriels de la qualité de la nuit et de l’environnement nocturnes, depuis près de 20 ans. Son expertise ainsi acquise est tout à fait originale. L'action de l'ANPCEN ne se résume pas à une action symbolique quelques minutes ou quelques heures dans l'année. Avec patience, persévérance, l'association travaille de manière continue, toute l'année, pour effectuer un travail de fond.

Elle est la seule association oeuvrant par une approche globale et en même temps aux deux dimensions d'action, nationale et locale, avec des coopérations internationales. Avec ses adhérents dont une centaine d'associations membres, sa communauté dans les réseaux sociaux l’ANPCEN mobilise plus de 8000 personnes. Elle agit au niveau national comme local, de manière désintéressée et bénévole. Reconnue d'intérêt général, elle a reçu en 2014, pour la 1ère fois, l'agrément national des associations de protection de l'environnement.

 

Au niveau national :  une action continue de plaidoyer auprès des interlocuteurs nationaux (ministères, administrations, Parlement, Afnor, etc ) et de pédagogie

Code de l'environnement : l’ANPCEN a contribué à faire reconnaître l’enjeu de l’environnement nocturne dans les lois Grenelle de l’environnement et suit chacune des étapes de l’élaboration des décrets et arrêtés associés. De même, l'ANPCEN a fait inscrire en 2015 trois articles relatifs à l'éclairage et aux nuisances lumineuses dans la Loi de transition énergétique. L'ANPCEN a fait reconnaître en 2016 les paysages nocturnes comme patrimoine commun de la Nation dans loi sur la biodiversité ; le devoir pour tous de protéger l'environnement nocturne y est également inscrit. L'ANPCEN a contribué et négocié l'arrêté d'extinction des façades, vitrines, bureaux non occupés entré en vigueur en 2013 et a effectué 3 bilans de terrain de son application. L’association contribue également aux discussions sur une norme expérimentale de l'Afnor et sur les certificats d’économie d’énergie de l'éclairage public. 

Eclairage du XXIème siècle : l'ANPCEN souhaite un éclairage contemporain. La modernité et l'innovation ne se résument pas à la dernière technologie. L'innovation réside dans l'approche globale : coûts globaux et impacts globaux. Une réponse aux besoins réels. Sobriété lumineuse. C'est intégrer désormais tout au long du cycle de vie les externalités environnementales, sanitaires et sociales de l'éclairage produit. Les entreprises du secteur sont appelées à des démarches de responsabilité sociétale exemplaires, les situant au niveau des entreprises d'autres secteurs, et reposant sur des engagements publics.

Biodiversité et santé humaine : l’ANPCEN porte la recommandation nationale d’une meilleure gestion de la lumière dans les trames vertes et bleues sous la forme d’une « trame nocturne », désormais entrée dans la loi biodiversité depuis 2016, sous son impulsion. L'ANPCEN oeuvre à la prise en compte des effets de la lumière dans les politiques ou actions de santé-environnement. Le suivi des effets des Leds est ainsi entré pour la première fois dans le plan national santé environnement.

Open data : l'ANPCEN demande un accès ouvert aux données publiques de l'éclairage public, en accord avec les engagements internationaux et nationaux pris par le gouvernement.

Gouvernance : l'ANPCEN demande une participation des acteurs associatifs de l'environnement dans l'élaboration de tous les textes de référence sur l'éclairage. L'ANPCEN demande expressément un changement de conception : passer d'un éclairage organisé sous l'impulsion de l'offre économique à une réponse aux besoins avérés. L'ANPCEN demande une politique nationale de la lumière artificielle nocturne avec un objectif de réduction de la quantité de lumière émise, un suivi réel des évolutions par l'Etat.

Nos recommandations nationales ou positions sont régulièrement mises à jour et sont consultables sur notre site.

Pédagogie : L’ANPCEN sensibilise tous les interlocuteurs nationaux utiles aux enjeux de l’évolution incontrôlée et exponentielle de l’éclairage public, entraînant des halos de pollution lumineuse, des lumières intrusives, la disparition de la nuit par dégradations de l’environnement nocturne. Ainsi l’ANPCEN recense des données et notamment elle liste les communes pratiquant l’extinction nocturne en milieu de nuit. Elle recommande également un meilleur recours à l’extinction partielle ou totale, dans la gestion des communes, afin d'agir d'abord avec bon sens, soit avec des dispositions simples, sans coût et à économies immédiates, en euros, en Kwh et en nuisances économisées.

Outils : L’ANPCEN a mis au point différents outils comme une cartographie de pollution lumineuse et des étiquettes environnementales originales, sur le modèle des étiquettes énergie déjà connues du grand public, pour permettre aux élus de situer la performance des dispositifs existants et de fixer leurs objectifs en termes d’éclairage public. Elles permettent également de promouvoir ces objectifs de manière lisible et simple auprès des citoyens. Elle publie documents grands publics, documentation pour les élus et équipes municipales, acteurs environnementaux... Elle a réalisé une série de témoignages videos d'élus.
 

Localement : au plus près des communes et des citoyens

Conférences, animations, expositions… : 70 correspondants locaux de l’association alertent et sensibilisent toute l’année citoyens et décideurs publics nationaux et locaux sur la pollution et les nuisances lumineuses.

Charte et conseils : Par ailleurs, l’ANPCEN a conçu une charte actualisée en 2015, qu’elle propose à la signature des communes qui acceptent de s’engager volontairement à rénover leur éclairage extérieur et ses usages, en intégrant les dimensions environnementales dans leur projet. 300 communes, conseils généraux, communauté de communes, syndicats d'énergie l'ont déjà signé ! : 4 882 000 habitants sont déjà concernés. L’ANPCEN organise des échanges et rencontres, apporte des solutions et des conseils à tous ceux qui souhaitent notamment mieux gérer l’éclairage public. 

Le concours Villes et villages étoilés valorise localement toutes les communes qui agissent ou veulent progresser : 570 communes labellisées ont vu leur démarche de progrès valorisée.

 

International : en réseau

L'ANPCEN coopère notamment avec l'International Dark sky Association dont elle a reçu un Trophée en 2013 "pour son leadership audacieux"...

Et....toutes nos actions sont désintéressées et bénévoles !

 

Masquer la sous-rubrique

> Notre actualité

> Nos principales réalisations

> Notre organisation

> Nos missions

> Notre bulletin

> Nos publications

> Nos outils

> Notre site

> Nos partenaires

> Membre de FNE
Veille scientifique ANPCEN : Les arbres également perturbés par la pollution lumineuse

L'ANPCEN effectue une veille constante des travaux scientifiques montrant les différents impacts de la lumière sur le vivant. Nous en avons déjà recensé de nombreux, dans l'étude réalisée par l'ANPCEN avec la Mission Economie de la biodiversité du groupe Caisse des Dépôts "Eclairage du 21ème siècle et biodiversité", par groupes d'espèces : mammifères, oiseaux, amphibiens, insectes, poissons, etc.

La flore aussi 

Une nouvelle étude réalisée par des chercheurs de l’université d’Exeter en Angleterre montre que les arbres bourgeonnent plus tôt au printemps en présence de lumière artificielle la nuit.

L'étude a pris en compte l'effet "ilôt de chaleur" qui implique des températures plus élevées dans les zones urbanisées et qui peut aussi expliquer ce bourgeonnement précoce et elle montre malgré tout une corrélation observée à grande échelle au Royaume-Uni entre l'avancement du bourgeonnement et l'intensité des émissions lumineuses.

Cette corrélation peut s'expliquer par le fait que la photopériode perçue par les arbres situés dans les zones urbanisées est modifiée par la présence importante d’éclairages extérieurs publics et privés.

     

Exemple de corrélation observée entre l'avance du bourgeonnement pour le frêne commun et l'intensité des émissions lumineuses pour une température moyenne au printemps de 4°C (d'après ffrench-Constant et al. 2016 “Light Pollution is Associated with Earlier Tree Budburst across the United Kingdom.” Proc. R. Soc. B 283, no. 1833)

La lumière artificielle une pression sur le vivant qui se combine aux autres

Cette même étude indique que ce phénomène pourrait se produire pour d’autres espèces de plantes de taille inférieure (en effet, l'intensité des émissions directes de lumière est encore plus importante dans ce cas) et que cela pourrait avoir des conséquences en cascade sur différents groupes d'espèces qui se nourrissent des premiers bourgeons au début de leur vie.

La phénologie de la flore serait donc perturbée par la pollution lumineuse qui excerce une pression supplémentaire au changement climatique via l'augmentation de la température moyenne à la surface de la Terre. La présente étude qui montre une avance du bourgeonnement de plus de 7 jours correspond d'ailleurs d'après les auteurs à l'équivalent d'une augmentation de la température de 2°C qui est un des objectifs visés à ne pas dépasser, adopté dans l'accord de Paris lors de la COP21.

Cette étude souligne donc l'importance de prendre en compte les effets de la pollution lumineuse sur la biodiversité au même titre que le changement climatique avec des mesures de préservation intégrées. Il est en particulier important de ne pas rénover l'éclairage public en ne visant que la réduction des consommations d'énergie et donc des émissions de GES responsables du changement climatique. Le choix de luminaires respectueux de l'environnement nocturne avec une émission de lumière maîtrisée en terme d'orientation et de contenu spectral est tout aussi nécessaire. 

Le vivant, faune et flore, les paysages sont soumis aux pressions de pollutions notamment chimiques, à l'artificialisation, à la fragmentation des habitats, à la surexploitation, à certaines espèces invasives, au changement climatique .... La lumière artificielle émise la nuit en croissance constante est une pression supplémentaire qui s'ajoute ou se combine aux autres.



                

Nom : M.d.P. :    Identifiants oubliés

  

      Nous rejoindre :   
Rechercher :
parmi :
   
Traduire avec Google :
 
 
 









                                                                     Site internet de l'Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l'Environnement Nocturnes (ANPCEN) | 10 connecté(s) | Mode impression | Plan du site | Mentions légales