Adhérer
Faire un don
Nous écrire
Joindre un contact local
La vie est née avec l'alternance naturelle du jour et de la nuit que l'ANPCEN encourage.
Consultez plusieurs fois notre site : couleurs et sons de la nature évoluent avec le cycle des heures !
Nous sommes le 26 juillet 2017 et il est
. Aujourd'hui la nuit commence à 22:06 à Paris.
  Ecoutez les sons de la nature en cliquant sur le haut-parleur
> Découvrir l'association

> Découvrir les enjeux de la qualité de la nuit

Soutenir nos actions

> Comprendre nos positions et actions nationales

> Comprendre nos actions locales

Participez à Villes et Villages étoilés

> Participez vous aussi au suivi de la qualité de la nuit

> Découvrir soutiens et témoignages

> Échanger

Editorial

 

 

Découvrez l’ANPCEN, seule association en France dont l’objet social, de manière unique, est entièrement dédié aux enjeux pluriels de la qualité de la nuit et de l’environnement nocturnes, depuis près de 18 ans. Son expertise ainsi acquise est tout à fait originale. L'action de l'ANPCEN ne se résume pas à une action symbolique quelques minutes ou quelques heures dans l'année. Avec patience, persévérance, l'association travaille de manière continue, toute l'année, pour effectuer un travail de fond.

Elle est la seule association oeuvrant par une approche globale et en même temps aux deux dimensions d'action, nationale et locale, avec des coopérations internationales. Avec ses adhérents dont une centaine d'associations membres, sa communauté dans les réseaux sociaux l’ANPCEN mobilise plus de 8000 personnes. Elle agit au niveau national comme local, de manière désintéressée et bénévole. Reconnue d'intérêt général, elle a reçu en 2014, pour la 1ère fois, l'agrément national des associations de protection de l'environnement.

Au niveau national :  une action continue de plaidoyer auprès des interlocuteurs nationaux (ministères, administrations, Parlement, Afnor, etc ) et de pédagogie

Code de l'environnement : l’ANPCEN a contribué à faire reconnaître l’enjeu de l’environnement nocturne dans les lois Grenelle de l’environnement et suit chacune des étapes de l’élaboration des décrets et arrêtés associés. De même, l''ANPCEN a fait inscrire en 2015 trois articles relatifs à l'éclairage et aux nuisances lumineuses dans la Loi de transition énergétique. Elle suit le projet de loi sur la biodiversité, le cadre des corridors écologiques. L'ANPCEN a contribué et négocié l'arrêté d'extinction des façades, vitrines, bureaux non occupés entré en vigueur en 2013. L’association contribue également aux discussions sur une norme expérimentale de l'Afnor et sur les certificats d’économie d’énergie de l'éclairage public. 

Eclairage du XXIème siècle : l'ANPCEN souhaite un éclairage contemporain. La modernité et l'innovation ne se résument pas à la dernière technologie. L'innovation réside dans l'approche globale : coûts globaux et impacts globaux. Une réponse aux besoins réels. Sobriété lumineuse. C'est intégrer désormais tout au long du cycle de vie les externalités environnementales, sanitaires et sociales de l'éclairage produit. Les entreprises du secteur sont appelées à des démarches de responsabilité sociétale exemplaires, les situant au niveau des entreprises d'autres secteurs, et reposant sur des engagements publics.

Biodiversité et santé humaine : l’ANPCEN porte la recommandation nationale d’une meilleure gestion de la lumière dans les trames vertes et bleues sous la forme d’une « trame nocturne », ainsi que la prise en compte des effets de la lumière dans les politiques ou actions de santé-environnement. Le suivi des effets des Leds est ainsi entré pour la première fois dans le plan national santé environnement.

Open data : l'ANPCEN demande un accès ouvert aux données publiques de l'éclairage public, en accord avec les engagements internationaux et nationaux pris par le gouvernement.

Gouvernance : l'ANPCEN demande une participation des acteurs associatifs de l'environnement dans l'élaboration de tous les textes de référence sur l'éclairage. L'ANPCEN demande expressément un changement de conception : passer d'un éclairage organisé sous l'impulsion de l'offre économique à une réponse aux besoins avérés.

Nos recommandations nationales ou positions sont régulièrement mises à jour et sont consultables sur notre site.

Pédagogie : L’ANPCEN sensibilise tous les interlocuteurs nationaux utiles aux enjeux de l’évolution incontrôlée et exponentielle de l’éclairage public, entraînant des halos de pollution lumineuse, des lumières intrusives, la disparition de la nuit par dégradations de l’environnement nocturne. Ainsi l’ANPCEN recense des données et notamment elle liste les communes pratiquant l’extinction nocturne en milieu de nuit. Elle recommande également un meilleur recours à l’extinction partielle ou totale, dans la gestion des communes, afin d'agir d'abord avec bon sens, soit avec des dispositions simples, sans coût et à économies immédiates, en euros, en Kwh et en nuisances économisées.

Outils : L’ANPCEN a mis au point différents outils comme une cartographie de pollution lumineuse et des étiquettes environnementales originales, sur le modèle des étiquettes énergie déjà connues du grand public, pour permettre aux élus de situer la performance des dispositifs existants et de fixer leurs objectifs en termes d’éclairage public. Elles permettent également de promouvoir ces objectifs de manière lisible et simple auprès des citoyens.

 

Localement : au plus près des communes et des citoyens

Conférences, animations, expositions… : 70 correspondants locaux de l’association alertent et sensibilisent toute l’année citoyens et décideurs publics nationaux et locaux sur la pollution et les nuisances lumineuses.

Par ailleurs, l’ANPCEN a conçu une charte actualisée en 2015, qu’elle propose à la signature des communes qui acceptent de s’engager volontairement à rénover leur éclairage extérieur et ses usages, en intégrant les dimensions environnementales dans leur projet. 200 communes, conseils généraux, communauté de communes, syndicats d'énergie l'ont déjà signé ! : 2 100 000 habitants sont déjà concernés. L’ANPCEN organise des échanges et rencontres, apporte des solutions et des conseils à tous ceux qui souhaitent notamment mieux gérer l’éclairage public. 

Le concours Villes et villages étoilés valorise localement toutes les communes qui agissent ou veulent progresser : 570 communes labellisées ont vu leur démarche de progrès valorisée.

 

International : en réseau

L'ANPCEN coopère notamment avec l'International Dark sky Association dont elle a reçu un Trophée en 2013 "pour son leadership audacieux"...

Et....toutes nos actions sont désintéressées et bénévoles !

 

Masquer la sous-rubrique

> Notre actualité

> Nos principales réalisations

> Notre organisation

> Nos missions

> Notre bulletin

> Nos publications

> Nos outils

> Notre site

> Nos partenaires

> Membre de FNE
Rendez-vous de l'ANPCEN avec le Ministre de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie

L'ANPCEN a été reçue par M. Philippe Martin, Ministre de l'Ecologie, du Développement Durable et de l'Energie, afin de faire un bilan de la mise en place de l'arrêté en vigueur depuis juillet 2013. 

A l'issue de ce rendez-vous, le Ministère a publié le communiqué suivant :

Philippe MARTIN, ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie s’est entretenu aujourd’hui avec Anne-Marie DUCROUX, présidente de l'association nationale pour la protection du ciel et de l'environnement nocturne (ANPCEN), à l’occasion du bilan, à mi-année, de la mise en œuvre de l’arrêté relatif aux éclairages nocturnes des bâtiments non résidentiels. Depuis le 1er juillet 2013, les bureaux, vitrines, façades et bâtiments doivent être éteints la nuit. Cette mesure doit permettre d'économiser l'équivalent de la consommation annuelle d'électricité de 750 000 ménages, d'éviter l'émission de 250 000 tonnes de CO2 et de réaliser une économie de 200 millions d'euros.

L’année 2013 a été essentiellement consacrée à l’information et la sensibilisation des acteurs concernés (communes, entreprises, exploitants de commerces…). Cette nécessaire étape de pédagogie a porté ses fruits et la mesure est aujourd’hui globalement connue. Il convient désormais de veiller à ce que sa mise en œuvre soit renforcée. 

Philippe MARTIN appelle donc à une nouvelle mobilisation des maires et de l’ensemble des services de l'État afin qu’ils continuent à se montrer exemplaires quant aux bâtiments placés sous leur responsabilité et qu’ils veillent au bon respect de ces dispositions par les autres acteurs.

L’excès d’éclairage artificiel est source de perturbations pour les écosystèmes (modification du système proie-prédateur, perturbation des cycles de reproduction, perturbation des migrations…) et la santé humaine. Il représente également un gaspillage énergétique considérable. Les mesures mises en place pour limiter les nuisances lumineuses et les consommations d’énergie répondent à une réelle préoccupation : plus de 80 % des Français sont favorables à une extinction la nuit des bureaux inoccupés, des enseignes et publicités lumineuses et des vitrines des commerces*.


* Étude MEDDE / TNS Sofres réalisée les 21 et 22 août 2012 par téléphone auprès d’un échantillon national de 980 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne de référence) et stratification par région et catégorie d’agglomération.

 



                

Nom : M.d.P. :    Identifiants oubliés

  

      Nous rejoindre :   
Rechercher :
parmi :
   
Traduire avec Google :
 
 
 









                                                                     Site internet de l'Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l'Environnement Nocturnes (ANPCEN) | 13 connecté(s) | Mode impression | Plan du site | Mentions légales