Adhérer
Faire un don
Nous écrire
Joindre un contact local
La vie est née avec l'alternance naturelle du jour et de la nuit que l'ANPCEN encourage.
Consultez plusieurs fois notre site : couleurs et sons de la nature évoluent avec le cycle des heures !
Nous sommes le 27 mai 2017 et il est
. Aujourd'hui la nuit commence à 22:12 à Paris.
  Ecoutez les sons de la nature en cliquant sur le haut-parleur
> Découvrir l'association

> Découvrir les enjeux de la qualité de la nuit

Soutenir nos actions

> Comprendre nos positions et actions nationales

> Comprendre nos actions locales

Participez à Villes et Villages étoilés

> Participez vous aussi au suivi de la qualité de la nuit

> Découvrir soutiens et témoignages

> Échanger

Editorial

 

 

Découvrez l’ANPCEN, seule association en France dont l’objet social, de manière unique, est entièrement dédié aux enjeux pluriels de la qualité de la nuit et de l’environnement nocturnes, depuis près de 18 ans. Son expertise ainsi acquise est tout à fait originale. L'action de l'ANPCEN ne se résume pas à une action symbolique quelques minutes ou quelques heures dans l'année. Avec patience, persévérance, l'association travaille de manière continue, toute l'année, pour effectuer un travail de fond.

Elle est la seule association oeuvrant par une approche globale et en même temps aux deux dimensions d'action, nationale et locale, avec des coopérations internationales. Avec ses adhérents dont une centaine d'associations membres, sa communauté dans les réseaux sociaux l’ANPCEN mobilise plus de 8000 personnes. Elle agit au niveau national comme local, de manière désintéressée et bénévole. Reconnue d'intérêt général, elle a reçu en 2014, pour la 1ère fois, l'agrément national des associations de protection de l'environnement.

Au niveau national :  une action continue de plaidoyer auprès des interlocuteurs nationaux (ministères, administrations, Parlement, Afnor, etc ) et de pédagogie

Code de l'environnement : l’ANPCEN a contribué à faire reconnaître l’enjeu de l’environnement nocturne dans les lois Grenelle de l’environnement et suit chacune des étapes de l’élaboration des décrets et arrêtés associés. De même, l''ANPCEN a fait inscrire en 2015 trois articles relatifs à l'éclairage et aux nuisances lumineuses dans la Loi de transition énergétique. Elle suit le projet de loi sur la biodiversité, le cadre des corridors écologiques. L'ANPCEN a contribué et négocié l'arrêté d'extinction des façades, vitrines, bureaux non occupés entré en vigueur en 2013. L’association contribue également aux discussions sur une norme expérimentale de l'Afnor et sur les certificats d’économie d’énergie de l'éclairage public. 

Eclairage du XXIème siècle : l'ANPCEN souhaite un éclairage contemporain. La modernité et l'innovation ne se résument pas à la dernière technologie. L'innovation réside dans l'approche globale : coûts globaux et impacts globaux. Une réponse aux besoins réels. Sobriété lumineuse. C'est intégrer désormais tout au long du cycle de vie les externalités environnementales, sanitaires et sociales de l'éclairage produit. Les entreprises du secteur sont appelées à des démarches de responsabilité sociétale exemplaires, les situant au niveau des entreprises d'autres secteurs, et reposant sur des engagements publics.

Biodiversité et santé humaine : l’ANPCEN porte la recommandation nationale d’une meilleure gestion de la lumière dans les trames vertes et bleues sous la forme d’une « trame nocturne », ainsi que la prise en compte des effets de la lumière dans les politiques ou actions de santé-environnement. Le suivi des effets des Leds est ainsi entré pour la première fois dans le plan national santé environnement.

Open data : l'ANPCEN demande un accès ouvert aux données publiques de l'éclairage public, en accord avec les engagements internationaux et nationaux pris par le gouvernement.

Gouvernance : l'ANPCEN demande une participation des acteurs associatifs de l'environnement dans l'élaboration de tous les textes de référence sur l'éclairage. L'ANPCEN demande expressément un changement de conception : passer d'un éclairage organisé sous l'impulsion de l'offre économique à une réponse aux besoins avérés.

Nos recommandations nationales ou positions sont régulièrement mises à jour et sont consultables sur notre site.

Pédagogie : L’ANPCEN sensibilise tous les interlocuteurs nationaux utiles aux enjeux de l’évolution incontrôlée et exponentielle de l’éclairage public, entraînant des halos de pollution lumineuse, des lumières intrusives, la disparition de la nuit par dégradations de l’environnement nocturne. Ainsi l’ANPCEN recense des données et notamment elle liste les communes pratiquant l’extinction nocturne en milieu de nuit. Elle recommande également un meilleur recours à l’extinction partielle ou totale, dans la gestion des communes, afin d'agir d'abord avec bon sens, soit avec des dispositions simples, sans coût et à économies immédiates, en euros, en Kwh et en nuisances économisées.

Outils : L’ANPCEN a mis au point différents outils comme une cartographie de pollution lumineuse et des étiquettes environnementales originales, sur le modèle des étiquettes énergie déjà connues du grand public, pour permettre aux élus de situer la performance des dispositifs existants et de fixer leurs objectifs en termes d’éclairage public. Elles permettent également de promouvoir ces objectifs de manière lisible et simple auprès des citoyens.

 

Localement : au plus près des communes et des citoyens

Conférences, animations, expositions… : 70 correspondants locaux de l’association alertent et sensibilisent toute l’année citoyens et décideurs publics nationaux et locaux sur la pollution et les nuisances lumineuses.

Par ailleurs, l’ANPCEN a conçu une charte actualisée en 2015, qu’elle propose à la signature des communes qui acceptent de s’engager volontairement à rénover leur éclairage extérieur et ses usages, en intégrant les dimensions environnementales dans leur projet. 200 communes, conseils généraux, communauté de communes, syndicats d'énergie l'ont déjà signé ! : 2 100 000 habitants sont déjà concernés. L’ANPCEN organise des échanges et rencontres, apporte des solutions et des conseils à tous ceux qui souhaitent notamment mieux gérer l’éclairage public. 

Le concours Villes et villages étoilés valorise localement toutes les communes qui agissent ou veulent progresser : 570 communes labellisées ont vu leur démarche de progrès valorisée.

 

International : en réseau

L'ANPCEN coopère notamment avec l'International Dark sky Association dont elle a reçu un Trophée en 2013 "pour son leadership audacieux"...

Et....toutes nos actions sont désintéressées et bénévoles !

 

Masquer la sous-rubrique

> Notre actualité

> Nos principales réalisations

> Notre organisation

> Nos missions

> Notre bulletin

> Nos publications

> Nos outils

> Notre site

> Nos partenaires

> Membre de FNE
Les élus comprennent très bien les enjeux

L'ANPCEN ne compte plus les témoignages d'élus qui ont très bien compris les enjeux, pluriels, de l'éclairage artificiel nocturne. Nombre d'observateurs imaginent que leur motivation est seulement économique depuis que les élus découvrent effectivement et concrètement, de plus en plus nombreux, les importantes économies qu'ils peuvent réaliser... Mais en réalité, l'ANPCEN le constate à travers tous ses contacts, un très grand nombre d'élus comprend et témoigne spontanément de leur prise en compte d'enjeux écologiques, ce qui les amènent à repenser par étapes, à la fois leur éclairage et l'usage fait des éclairages existants.

 

Illustrations avec

★ Bonnelles dans les Yvelines, en Ile-de-France, village de 2000 habitants labellisé village étoilé depuis 2012, signataire de la charte de progrès ANPCEN pour les communes

★ Vougy, village de 1500 habitants, dans la Loire, en Rhône Alpes

★★ BONNELLES

Le maire, Guy Poupart et Luc Niederst élu en charge de l'éclairage public témoignent auprès de la presse locale et rejoignent beaucoup des recommandations faites depuis longtemps par l'ANPCEN : 

Extinctions : "Nous avons commencé par éteindre l'éclairage dans certains quartiers de 1h à 6 h du matin. Puis lorsque le réducteur de puissance électrique mis en place dans des quartiers récents est tombé en panne et que nous n'avons pas pu le réparer, nous avons décidé d'étendre la mesure". "Aujourd'hui, il y a une extinction  entre 1h et 6 h du matin sauf dans deux où un lampadaire sur quatre est en service."

Orientation : "les anciens lampadaires éclairent à 360° ce qui n'est pas du tout utile"

Diminution de puissance : "avant les lampes consommaient 125 W et aujourd'hui 70 seulement" ; "la consommation a baissé de 40 % en 5 ans".

Investissements : "chaque année le conseil municipal consacre 10 000 euros à ces opérations. Nous utilisons un tiers des fonds pour réparer le matériel et deux tiers pour remplacer des lanternes"

Economie/écologie : "il y a bien sûr un argument économique mais c'est plutôt la cerise sur le gateau. Pour moi le principal était le respect de la nature. Avec l'éclairage public toute la faune est perturbée. D'un coté nous installons des nichoirs pour les chouettes et de l'autre on laissait tout éclairé et on ne permettait plus aux animaux nocturnes de chasser, c'était illogique."

Réactions : "quelques habitants seulement sont venus se plaindre ; ils avançaient surtout l'argument sécuritaire. Mais que je sache les voleurs ne sont pas des hiboux, ils ont besoin de lumière. Donc d'une lampe électrique qui se repère très bien justement lorsque tout est plongé dans le noir".

Décorations de Noël "le village a réduit ces dernières années ses décorations lumineuses de Noël au profit de décorations plus écologiques, à base de matériaux de récupération. En 2012, «Ce sont les habitants, les enfants du centre de loisirs aidés des résidents autistes du foyer d'Ulysse qui réalisent les décorations de Noël».  «Ces décorations sont faites à partir de branches, rubans, papiers... à l'occasion de mercredis conviviaux, et sont accrochées ensuite dans les rues du village.» Cette année, ce sont ainsi 250 branches qui ont été réalisées et accrochées dans le bourg. Résultat : "il n'est plus nécessaire d'attendre la tombée de la  nuit pour découvrir les rues de Bonnelles parées aux couleurs de Noël." Une bonne idée  à suivre. Et la commune a signé la charte de l'ANPCEN au moment de l'installation de ces nouvelles décorations de Noël avec notre représentante Katherine Porsmouth

A noter : Bonnelles est un village étoilé , 1 étoile depuis  2012 et peut donc encore progresser pour gagner 4 étoiles de plus...

Il est situé dans le Parc naturel régional de la Haute-vallée de Chevreuse. La commune de Bonnelles relie les massifs forestiers de Rambouillet et de Dourdan commune dans la forêt dite de protection du massif de Rambouillet. En août 1990 un arrêté préfectoral a classé les « étangs de Bonnelles » en Réserve Naturelle Volontaire (RNV).

A savoir : la commune a installé une commission de développement durable depuis 2008 avec les missions de faire évoluer la commune vers une réduction de la consommation d’énergie et vers une éco conception de l’aménagement urbain, mettre en place une gestion différente des espaces verts pour tendre vers l’utilisation « zéro produit », insérer des clauses environnementales dans les marchés publics.

La commune donne nombre de conseils très pédagogiques aux habitants aussi à travers les pages vertes du site de Bonnelles

★★ VOUGY

Le maire, Bernard Moulin témoigne auprès de la presse locale et rejoint beaucoup des recommandations faites depuis longtemps par l'ANPCEN : 

Extinctions : "On ne reviendra jamais en arrière" déclare le maire. Depuis 2011, le village n'est plus éclairé entre 23 heures et 7 heures. La commune a décidé de supprimer également des lampadaires. Le Syndicat d'énergies indique en complément : "quand on sait qu'un lampadaire nous coûte 65 Euros par an, en supprimer 25 ce n'est pas rien". Il ajoute : une extinction de 6 heures par nuit représente une économie de 1910 heures contre une consommation précédente de 4100 heures".

A noter : dans la Loire, un tiers des communes est engagé dans une démarche d'extinction partielle ou totale, en milieu de nuit

Investissements : La commune avaient 382 lampadaires dont 207 étaient des lampes au mercure très consommatrices d'électricité, selon le maire. (Rappelons que celles-ci seront interdites en 2015). L'équipe municipale a décidé de remplacer en 2 ans les points lumineux. Par ailleurs, elle a installé des minuteries, comme par exemple aux alentours du parking de salle des fêtes, qui s'éclaire le temps du départ des occupants et s'éteint automatiquement. Enfin les 6 armoires électriques du villages sont programmées selon les besoins. La commune estime pouvoir retrouver son investissement de 166 000 Euros, au bout de 6 ans.

Economies : le maire annonce "74 % d'électricité consommée en moins en un an et une économie de 15 000 euros par an". "Avec une augmentation du prix de l'électricité de 20 %, ça représente une facture de 40 000 euros, par an, consommation et maintenance comprise". Depuis 2011, l'éclairage public n'est plus exempté de taxe et est imposé sur la base de la consommation finale.

Surprise : le maire qui s'attendait à de nombreuses réclamations, a reçu des lettres de félicitations



                

Nom : M.d.P. :    Identifiants oubliés

  

      Nous rejoindre :   
Rechercher :
parmi :
   
Traduire avec Google :
 
 
 









                                                                     Site internet de l'Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l'Environnement Nocturnes (ANPCEN) | 11 connecté(s) | Mode impression | Plan du site | Mentions légales