Adhérer
Faire un don
Nous écrire
Joindre un contact local
La vie est née avec l'alternance naturelle du jour et de la nuit que l'ANPCEN encourage.
Consultez plusieurs fois notre site : couleurs et sons de la nature évoluent avec le cycle des heures !
Nous sommes le 15 octobre 2019 et il est
. Aujourd'hui la nuit commence à 19:25 à Paris.
  Vous écoutez actuellement le Rougegorge familier
> Découvrir l'association

> Découvrir les enjeux de la qualité de la nuit

Soutenir nos actions

> Comprendre nos positions et actions nationales

> Comprendre nos actions locales

Participez à Villes et Villages étoilés et Territoires de Villes et Villages étoilés

> Participez vous aussi au suivi de la qualité de la nuit

> Découvrir soutiens et témoignages

> Échanger

 

 

 

  La nuit ?

 

 

 

La nuit, c'est la moitié de la vie. De nos vies...

Chaque jour, la vie est un cycle nourri autant par le jour que par la nuit. En une cinquantaine d’années, les humains ont bouleversé cette alternance naturelle du jour et de la nuit en développant de manière anarchique et disproportionnée l’éclairage artificiel extérieur. 

La quantité globale de lumière émise la nuit n'a pas cessé d'augmenter depuis quelques décennies : + 94 % en vingt ans seulement et pour le seul éclairage public. Auquel il convient d'ajouter les lumières émises par les publicités, enseignes lumineuses, les façades, vitrines, bureaux non occupés, les parkings et sites privés, les illuminations diverses...

L’ANPCEN s'attache à expliquer et à prévenir l'ensemble des effets des éclairages extérieurs nocturnes non adaptés. Elle a adopté une approche globale et transversale afin d'éviter l'incohérence de certaines approches sectorielles, comme par exemple ne raisonner qu'en termes d'économies d'énergie en oubliant les effets sur la biodiversité ou les effets sur le sommeil et la santé. Ce qui peut conduire à des décisions contreproductives. Notre association se donne donc pour objectif la convergence et la cohérence des solutions proposées pour améliorer la situation actuelle et limiter collectivement la quantité globale de lumière émise la nuit.

« La Vie a besoin de la Nuit, la Nuit a besoin de nous »

Découvrez dans les sous-rubriques suivantes la pluralité des enjeux de la pollution lumineuse dont la qualité de la nuit dépend, ainsi que l'action de l'ANPCEN sur les textes : lois, décrets, arrêtés, normes, stratégies...

 

Merci de citer vos sources Anpcen lors de vos utilisations de nos données collectées.

Masquer la sous-rubrique

> Actualité

> Cartes à consulter

> Enjeux biodiversité et paysages

> Enjeux sanitaires et sociaux

> Enjeux énergie, climat, déchets

> Enjeux budgétaires

> Législation, Règlements et normes

> Enjeux de gouvernance

> Enjeux observation astronomique

> Inspiration et legs aux générations futures

> Enjeux de solidarité territoriale

> Enjeux de sécurité
Un million de personnes supplémentaires travaillent la nuit

3.5 millions personnes travaillent la nuit en France (métropolitaine). Soit un million de plus en vingt ans. 

Il est intéressant de rapprocher cette observation de la tendance parallèle à vouloir rendre la nuit comme le jour, notamment par l'augmentation continue du nombre de points lumineux extérieurs (+64 %) et au quasi doublement de la durée d'éclairement la nuit, dans la même période.

Les travailleurs de nuit représentent désormais 15.4 % des salariés en 2012. Pour le travail de nuit habituel, il s'agit d'"une proportion qui a plus que doublé en vingt ans" rappelle la DARES pour le Ministère du Travail, de l'Emploi et du Dialogue Social. Parmi elles, 21,5 % des hommes et 9,3 % des femmes salariés travaillent la nuit. Les femmes sont désormais un million en 2012, quand elles n'étaient que 500 000 en 1991.

La nuit française à géométrie variable 
Nuit = entre 21 heures et 6 heures du matin, selon le code du travail, le travail de nuit recouvre cette plage horaire depuis la loi du 9 mai 2001 (entre 22 heures et 5 heures antérieurement). La loi définit le travailleur de nuit comme celui qui accomplit une fraction de son temps de travail entre 21 heures et 6 heures soit au moins trois heures deux fois par semaine, soit au moins 270 heures sur douze mois consécutifs.
Nuit = de minuit à 5 heures du matin pour les statistiques de l'INSEE : "on considère qu’une personne travaille la nuit quand elle déclare que sa période de travail se situe, même partiellement, dans la tranche de minuit à 5 heures du matin". Cette période est décrite par les physiologistes comme celle durant laquelle l’organisme fonctionne en état de moindre résistance à tous les niveaux.
 
La nuit européeenne
Eurostat précise que « le travail en soirée ou de nuit est un concept difficile à établir sur une base strictement uniforme pour tous les États membres puisque les définitions de la soirée et de la nuit diffèrent largement ». Le travail du soir est néanmoins en général défini comme celui effectué après les heures de travail normales mais en dehors des heures habituellement dévolues au sommeil tandis que le travail de nuit est effectué pendant les heures habituelles de sommeil et implique par conséquent des horaires de sommeil “anormaux” pour les personnes concernées.
 
Renforcer les études des conséquences sur la santé 
La Dares indique que les capacités de résistance sont physiologiquement réduites la nuit, et les effets négatifs du travail de nuit sur la santé à long terme tendent à se cumuler avec d’autres facteurs de risques.
Plus le nombre de personnes travaillant la nuit augmente, plus les programmes de recherche et d'études devraient se renforcer. Elles sont encore insuffisamment conduites.
Si le travail de nuit est visible et mesurable, ses conséquences à long terme sur la santé des salariés le sont beaucoup moins. Une étude portant sur les personnes de 50-59 ans ayant travaillé au moins 10 ans a été réalisée à partir de l’enquête Santé et itinéraire professionnel conduite en 2007 par la Drees et la Dares. Sur le champ de cette étude, 4 % des femmes et 14 % des hommes ont été exposés pendant au moins quinze ans au travail de nuit. Ces personnes exposées au travail de nuit sont 24 % à se dire limitées dans leurs activités quotidiennes, contre 19 % de l’ensemble des personnes dans le champ de l’étude. À caractéristiques sociodémographiques équivalentes, une exposition de quinze ans ou plus au travail de nuit accroît la probabilité d’être limité dans les activités quotidiennes de presque 50 %.
 
Une majorité d’études épidémiologiques se situent plutôt en faveur d’un lien entre travail de nuit et cancer, notamment du sein. Le centre international de recherche sur le cancer (Circ) a pour sa part classé le travail posté de nuit comme cancérogène probable pour l’homme sur la base, d’une part, de résultats montrant l’apparition de tumeurs chez les animaux aux rythmes circadiens perturbés, d’autre part, d’études menées sur les infirmières et les hôtesses de l’air et qui montrent une augmentation du risque de cancer du sein chez les femmes travaillant la nuit.
 
Dares août 2014

 



                

Nom : M.d.P. :    Identifiants oubliés

  

      Nous rejoindre :   
Rechercher :
parmi :
   
Traduire avec Google :
 
 
 









                                                                     Site internet de l'Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l'Environnement Nocturnes (ANPCEN) | 24 connecté(s) | Mode impression | Plan du site | Mentions légales