Adhérer
Faire un don
Nous écrire
Joindre un contact local
La vie est née avec l'alternance naturelle du jour et de la nuit que l'ANPCEN encourage.
Consultez plusieurs fois notre site : couleurs et sons de la nature évoluent avec le cycle des heures !
Nous sommes le 15 octobre 2019 et il est
. Aujourd'hui la nuit commence à 19:25 à Paris.
  Ecoutez les sons de la nature en cliquant sur le haut-parleur
> Découvrir l'association

> Découvrir les enjeux de la qualité de la nuit

Soutenir nos actions

> Comprendre nos positions et actions nationales

> Comprendre nos actions locales

Participez à Villes et Villages étoilés et Territoires de Villes et Villages étoilés

> Participez vous aussi au suivi de la qualité de la nuit

> Découvrir soutiens et témoignages

> Échanger

 

 

 

  La nuit ?

 

 

 

La nuit, c'est la moitié de la vie. De nos vies...

Chaque jour, la vie est un cycle nourri autant par le jour que par la nuit. En une cinquantaine d’années, les humains ont bouleversé cette alternance naturelle du jour et de la nuit en développant de manière anarchique et disproportionnée l’éclairage artificiel extérieur. 

La quantité globale de lumière émise la nuit n'a pas cessé d'augmenter depuis quelques décennies : + 94 % en vingt ans seulement et pour le seul éclairage public. Auquel il convient d'ajouter les lumières émises par les publicités, enseignes lumineuses, les façades, vitrines, bureaux non occupés, les parkings et sites privés, les illuminations diverses...

L’ANPCEN s'attache à expliquer et à prévenir l'ensemble des effets des éclairages extérieurs nocturnes non adaptés. Elle a adopté une approche globale et transversale afin d'éviter l'incohérence de certaines approches sectorielles, comme par exemple ne raisonner qu'en termes d'économies d'énergie en oubliant les effets sur la biodiversité ou les effets sur le sommeil et la santé. Ce qui peut conduire à des décisions contreproductives. Notre association se donne donc pour objectif la convergence et la cohérence des solutions proposées pour améliorer la situation actuelle et limiter collectivement la quantité globale de lumière émise la nuit.

« La Vie a besoin de la Nuit, la Nuit a besoin de nous »

Découvrez dans les sous-rubriques suivantes la pluralité des enjeux de la pollution lumineuse dont la qualité de la nuit dépend, ainsi que l'action de l'ANPCEN sur les textes : lois, décrets, arrêtés, normes, stratégies...

 

Merci de citer vos sources Anpcen lors de vos utilisations de nos données collectées.

Masquer la sous-rubrique

> Actualité

> Cartes à consulter

> Enjeux biodiversité et paysages

> Enjeux sanitaires et sociaux

> Enjeux énergie, climat, déchets

> Enjeux budgétaires

> Législation, Règlements et normes

> Enjeux de gouvernance

> Enjeux observation astronomique

> Inspiration et legs aux générations futures

> Enjeux de solidarité territoriale

> Enjeux de sécurité
Plaidoyer ANPCEN une parole différente... : Inventons l'éclairage du XXIème siècle !

La modernité ne réside pas, et de loin, dans la seule acquisition de la dernière technologie d’éclairage disponible ! Inventons sans attendre l'éclairage du XXIème siècle. L'ANPCEN, associée avec France Nature Environnement et la Société Astronomique de France, porte résolument une parole pionnière et différente. Elle souhaite une approche plus contemporaine et responsable de l'éclairage, pour éviter la répétition des recettes du siècle précédent, reposant alors davantage sur la promotion de l’offre des fabricants et installateurs que sur la recherche de réponse fine à des besoins réels. L'approche du XXème siècle de plus était orientée par des prescriptions développant des approches standardisées. Le futur passe par des réponses beaucoup plus adaptées aux spécificités de chaque lieu. 

La double approche par l'offre économique et la standardisation a conduit aux suréquipements et au sur-éclairage nocturne. La quantité globale de lumière émise la nuit n’a cessé d’augmenter au XXème siècle. En France : 89 % de points lumineux en plus* ! Les impacts de l’éclairage sur l’environnement, la biodiversité, la santé, la capacité pour tous d'observation du ciel étoilé…les impacts sur les dépenses publiques, n’ont pas été intégrés pendant plusieurs décennies.

Il est temps en 2015, à l'occasion de l'année de la lumière décrétée par l'UNESCO, comme de la COP 21 en France, de changer réellement et d'innover, collectivement.

L'innovation passe par une approche globale et non plus exclusivement technico-économique. Elle passe par une réponse aux besoins réels et seulement eux. La seule recherche d'efficacité énergétique, on l'a constaté n'équivaut nullement à la sobriété énergétique. Encore moins à la sobriété lumineuse.  L'ANPCEN observe souvent le contraire : certaines réductions de consommation, s'accompagnent en réalité de plus d'éclairages.... Et les progrès effectués pour le rendement lumineux sont encore insuffisamment accompagnés de prescriptions de baisses d'intensité souscrite, installées, émises, etc...

Il est temps de privilégier une approche en coûts globaux : investissements, fonctionnement, maintenance, collecte et recyclage. La modernité c'est désormais intégrer aussi, et dès la conception, sur l'ensemble du cycle de vie des lampadaires et des lampes, et de leur gestion in situ, les impacts (ou externalités) environnementales, sociales et sanitaires. A la manière du mouvement à l'oeuvre dans nombre d'autres secteurs économiques qui ont fait de leur "Responsabilité sociétale" un facteur de modernité et d'innovation, qui prennent des engagements publics suivis, répondant ainsi au management attendu des leaders qui ouvrent des voies.

* de 1992 à 2012

C'est pourquoi l'ANPCEN, associée à France Nature Environnement (FNE) et à la Société Astronomique de France (SAF), porte une voix différente, en 2015, avec des principes pionniers, adaptés au XXIème siècle !



En 2015…au XXIème siècle, en Europe notamment, la modernité de la lumière c’est désormais : 

- poser différemment les questions de l'éclairage en tenant compte des enjeux du XXIème siècle,

- ne plus augmenter la quantité globale de lumière artificielle émise la nuit et la diminuer,

- augmenter l’apport de lumière naturelle le jour dans les lieux de vie et espaces professionnels,

- ne plus fixer systématiquement des minimums d'éclairement à maintenir la nuit, mais au contraire établir des limites à adopter collectivement ; reconnaître que l'existence de limites dans un monde aux ressources finies est une condition d'existence pour les générations futures,

-  adopter résolument une approche globale, transversale et intégrée des enjeux de la lumière, pour viser une plus grande cohérence,

-  prendre en compte résolument les externalités ou impacts de la lumière artificielle la nuit, sur l’environnement, les changements climatiques, les paysages nocturnes et la biodiversité, la santé, les ressources en matières premières rares, l’observation culturelle, citoyenne ou scientifique du ciel étoilé… pour connecter plus « justement » l'éclairage aux grands enjeux du siècle,

- être solidaires avec ses voisins de quartiers, de communes, de nations… quant aux conséquences de ses propres choix d’éclairage en terme de pollution lumineuse visible à distance des sources,

- mieux partager le temps spécifique de la nuit, ainsi que la qualité de la nuit avec les êtres vivants de la biodiversité, indispensables aux vies humaines,

-  faire évoluer les usages de la lumière, d'abord par des mesures de bon sens, sans coût, simples et à effets immédiats, en euros, en Kwh et en nuisances lumineuses évitées ; puis progresser par certains équipements ou investissements,

- tenir compte pour certains investissements de leur surcoût, des coûts de fonctionnement et de maintenance dans les dettes et budgets des communes, donc de l’impôt des citoyens. Associer les citoyens aux enjeux, aux choix et leurs conséquences,

- éco-concevoir, recycler, réutiliser, réemployer,

- qualifier la nature des services rendus par l’éclairage, plutôt que les matériels seulement ; faire évoluer les offres par les principes de l'économie de fonctionnalité (garantir des fonctions et pas seulement des produits) et par ceux de l'économie circulaire (privilégier l'approche et la gestion en cycles, plus inspirée des solutions trouvées par le vivant),

- répondre aux besoins réels des personnes, des sites et de l’environnement en les consultant ; concevoir des installations sur mesure,

-   pour les acteurs économiques du secteur, fabricants, installateurs, concepteurs : s'engager publiquement quant à sa responsabilité sociétale, au regard des 7 domaines des lignes directrices Iso26000. Et s'engager publiquement contre l'obsolescence programmée,

-  répondre dans les normes non obligatoires, d’une prise en compte visible des enjeux environnementaux,

- organiser des règles et un cadre de régulation, de manière concertée,

- rendre publiques les données publiques relatives à l'éclairage public, en open data et favoriser l’open innovation. Créer une documentation indépendante.


Définitivement, en 2015 et au XXIème siècle, la modernité de la lumière, ce n’est plus :

- le tout technologique pour unique principe ou valeur de progrès, sans questionnement sur les finalités et impacts,

- les seules approches photométriques ou d'efficacité énergétique, sans approche globale,

- la multiplication des mises en lumière et l’augmentation de la quantité globale de lumière émise la nuit,

- la seule prescription d’investissements techniques et financiers, sans amélioration par les usages et le recours au bon sens,

- les choix de lumière orientés principalement par des logiques massives et organisées de l’offre économique,

- les approches normalisées et standardisées, mal ou non adaptées aux vœux des élus, des acteurs, des citoyens et aux spécificités de terrain.


★ Télécharger, diffuser notre manifeste 2015 en version française (version anglaise ci-dessous, également disponible)

  Pour rejoindre notre manifeste, écrivez-nous

  Consulter notre dossier de presse complet 


Les premiers signataires 

- France Nature Environnement

- La Société Astronomique de France

- La Commune de Sainte Marie de Ré

- La Ligue pour la Protection des Oiseaux

- La Fédération nationale des Parcs naturels régionaux

- Provence Sciences techniques Jeunesse

- Observatoire astronomique de Bauduen

- Le parc du Cosmos

- La Société d'Astronomie Populaire de Limoges

- L'Association Astronomique de Belle-Ile

- Astronomie du Tarn et Garonne

- Le Club des Astronomes amateurs de Saverne…

- Le Groupe Astronomique du Dauphiné

- Le COA (Centre d'Observation et d'Action) d'Obersteinbach 

- La Société Lorraine d'Astronomie

- La SAGFA - Société Astronomique de France Groupe Alsace

- l'ADAES de Limoges

- Le club d'astronomie Albireo 57 (Moselle)

- Le club d'astronomie de la Presqu'île - Saint Nazaire

- Le club Astro Foglia38

- Le club d'astronomie de Wittelsheim

- Le club d'astronomie de Velizy

- Jalle Astronomie en Gironde

- Astroclub de Velaux

- LPO Alsace

- Association astronomique de l'Ain

- Enzo Zanchettin

- etc...

Au-delà des frontières,  les premiers soutiens de nos amis de :

- International Dark Sky IDA Quebec

- Royal Astronomical Society of Canada

- British Astronomical Association's Commission for Dark Skies : Découvrir la lettre de Bob Mizon

 

Merci à tous les soutiens actuels et à venir.


En version anglaise également

Modernity does not lie, by far, in the only acquisition of the latest lighting technology available ! Think up without waiting the lighting of the XXIst century. ANPCEN, with France Nature Environnement et Societe Astronomique de France, resolutely carries a pioneer and different voice. It wants a more contemporary and responsible approach of lighting, to avoid recurrence of policies of the previous century, based more on the promotion of the offer of manufacturers and installers than on the search for detailed analysis in response to real needs of lighting. The approach of the twentieth century was more oriented by prescriptions developing standardized approaches. The future requires much more appropriate answers to the specificities of each place to light. Let us look now light differently. The dual approach by economic supply and standardization has led to over-equipment and over-outdoor night lighting. The overall amount of light emitted at night has increased steadily in the twentieth century. In France : 89% of lighting fixtures have been added from 1992 to 2012. The impacts of lighting on the environment, biodiversity, health, capacity for all to observe the starry sky ... the impact on public expenses, have not been integrated.

It is time in 2015 to change and innovate collectively in the context of the International Year of Light proclaimed by UNESCO and the COP21. 

★ Télécharger, diffuser notre manifeste 2015 en version anglaise



                

Nom : M.d.P. :    Identifiants oubliés

  

      Nous rejoindre :   
Rechercher :
parmi :
   
Traduire avec Google :
 
 
 









                                                                     Site internet de l'Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l'Environnement Nocturnes (ANPCEN) | 20 connecté(s) | Mode impression | Plan du site | Mentions légales