Adhérer
Faire un don
Nous écrire
Joindre un contact local
La vie est née avec l'alternance naturelle du jour et de la nuit que l'ANPCEN encourage.
Consultez plusieurs fois notre site : couleurs et sons de la nature évoluent avec le cycle des heures !
Nous sommes le 15 octobre 2019 et il est
. Aujourd'hui la nuit commence à 19:25 à Paris.
  Ecoutez les sons de la nature en cliquant sur le haut-parleur
> Découvrir l'association

> Découvrir les enjeux de la qualité de la nuit

Soutenir nos actions

> Comprendre nos positions et actions nationales

> Comprendre nos actions locales

Participez à Villes et Villages étoilés et Territoires de Villes et Villages étoilés

> Participez vous aussi au suivi de la qualité de la nuit

> Découvrir soutiens et témoignages

> Échanger

 

 

 

  La nuit ?

 

 

 

La nuit, c'est la moitié de la vie. De nos vies...

Chaque jour, la vie est un cycle nourri autant par le jour que par la nuit. En une cinquantaine d’années, les humains ont bouleversé cette alternance naturelle du jour et de la nuit en développant de manière anarchique et disproportionnée l’éclairage artificiel extérieur. 

La quantité globale de lumière émise la nuit n'a pas cessé d'augmenter depuis quelques décennies : + 94 % en vingt ans seulement et pour le seul éclairage public. Auquel il convient d'ajouter les lumières émises par les publicités, enseignes lumineuses, les façades, vitrines, bureaux non occupés, les parkings et sites privés, les illuminations diverses...

L’ANPCEN s'attache à expliquer et à prévenir l'ensemble des effets des éclairages extérieurs nocturnes non adaptés. Elle a adopté une approche globale et transversale afin d'éviter l'incohérence de certaines approches sectorielles, comme par exemple ne raisonner qu'en termes d'économies d'énergie en oubliant les effets sur la biodiversité ou les effets sur le sommeil et la santé. Ce qui peut conduire à des décisions contreproductives. Notre association se donne donc pour objectif la convergence et la cohérence des solutions proposées pour améliorer la situation actuelle et limiter collectivement la quantité globale de lumière émise la nuit.

« La Vie a besoin de la Nuit, la Nuit a besoin de nous »

Découvrez dans les sous-rubriques suivantes la pluralité des enjeux de la pollution lumineuse dont la qualité de la nuit dépend, ainsi que l'action de l'ANPCEN sur les textes : lois, décrets, arrêtés, normes, stratégies...

 

Merci de citer vos sources Anpcen lors de vos utilisations de nos données collectées.

Masquer la sous-rubrique

> Actualité

> Cartes à consulter

> Enjeux biodiversité et paysages

> Enjeux sanitaires et sociaux

> Enjeux énergie, climat, déchets

> Enjeux budgétaires

> Législation, Règlements et normes

> Enjeux de gouvernance

> Enjeux observation astronomique

> Inspiration et legs aux générations futures

> Enjeux de solidarité territoriale

> Enjeux de sécurité
Veille scientifique ANPCEN : Les arbres également perturbés par la pollution lumineuse

L'ANPCEN effectue une veille constante des travaux scientifiques montrant les différents impacts de la lumière sur le vivant. Nous en avons déjà recensé de nombreux, dans l'étude réalisée par l'ANPCEN avec la Mission Economie de la biodiversité du groupe Caisse des Dépôts "Eclairage du 21ème siècle et biodiversité", par groupes d'espèces : mammifères, oiseaux, amphibiens, insectes, poissons, etc.

La flore aussi 

Une nouvelle étude réalisée par des chercheurs de l’université d’Exeter en Angleterre montre que les arbres bourgeonnent plus tôt au printemps en présence de lumière artificielle la nuit.

L'étude a pris en compte l'effet "ilôt de chaleur" qui implique des températures plus élevées dans les zones urbanisées et qui peut aussi expliquer ce bourgeonnement précoce et elle montre malgré tout une corrélation observée à grande échelle au Royaume-Uni entre l'avancement du bourgeonnement et l'intensité des émissions lumineuses.

Cette corrélation peut s'expliquer par le fait que la photopériode perçue par les arbres situés dans les zones urbanisées est modifiée par la présence importante d’éclairages extérieurs publics et privés.

     

Exemple de corrélation observée entre l'avance du bourgeonnement pour le frêne commun et l'intensité des émissions lumineuses pour une température moyenne au printemps de 4°C (d'après ffrench-Constant et al. 2016 “Light Pollution is Associated with Earlier Tree Budburst across the United Kingdom.” Proc. R. Soc. B 283, no. 1833)

La lumière artificielle une pression sur le vivant qui se combine aux autres

Cette même étude indique que ce phénomène pourrait se produire pour d’autres espèces de plantes de taille inférieure (en effet, l'intensité des émissions directes de lumière est encore plus importante dans ce cas) et que cela pourrait avoir des conséquences en cascade sur différents groupes d'espèces qui se nourrissent des premiers bourgeons au début de leur vie.

La phénologie de la flore serait donc perturbée par la pollution lumineuse qui excerce une pression supplémentaire au changement climatique via l'augmentation de la température moyenne à la surface de la Terre. La présente étude qui montre une avance du bourgeonnement de plus de 7 jours correspond d'ailleurs d'après les auteurs à l'équivalent d'une augmentation de la température de 2°C qui est un des objectifs visés à ne pas dépasser, adopté dans l'accord de Paris lors de la COP21.

Cette étude souligne donc l'importance de prendre en compte les effets de la pollution lumineuse sur la biodiversité au même titre que le changement climatique avec des mesures de préservation intégrées. Il est en particulier important de ne pas rénover l'éclairage public en ne visant que la réduction des consommations d'énergie et donc des émissions de GES responsables du changement climatique. Le choix de luminaires respectueux de l'environnement nocturne avec une émission de lumière maîtrisée en terme d'orientation et de contenu spectral est tout aussi nécessaire. 

Le vivant, faune et flore, les paysages sont soumis aux pressions de pollutions notamment chimiques, à l'artificialisation, à la fragmentation des habitats, à la surexploitation, à certaines espèces invasives, au changement climatique .... La lumière artificielle émise la nuit en croissance constante est une pression supplémentaire qui s'ajoute ou se combine aux autres.



                

Nom : M.d.P. :    Identifiants oubliés

  

      Nous rejoindre :   
Rechercher :
parmi :
   
Traduire avec Google :
 
 
 









                                                                     Site internet de l'Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l'Environnement Nocturnes (ANPCEN) | 15 connecté(s) | Mode impression | Plan du site | Mentions légales