Adhérer
Faire un don
Nous écrire
Joindre un contact local
La vie est née avec l'alternance naturelle du jour et de la nuit que l'ANPCEN encourage.
Consultez plusieurs fois notre site : couleurs et sons de la nature évoluent avec le cycle des heures !
Nous sommes le 05 décembre 2019 et il est
. Aujourd'hui la nuit commence à 17:24 à Paris.
  Ecoutez les sons de la nature en cliquant sur le haut-parleur
> Découvrir l'association

> Découvrir les enjeux de la qualité de la nuit

Soutenir nos actions

> Comprendre nos positions et actions nationales

> Comprendre nos actions locales

Participez à Villes et Villages étoilés et Territoires de Villes et Villages étoilés

> Participez vous aussi au suivi de la qualité de la nuit

> Découvrir soutiens et témoignages

> Échanger

 

 

 

  La nuit ?

 

 

 

La nuit, c'est la moitié de la vie. De nos vies...

Chaque jour, la vie est un cycle nourri autant par le jour que par la nuit. En une cinquantaine d’années, les humains ont bouleversé cette alternance naturelle du jour et de la nuit en développant de manière anarchique et disproportionnée l’éclairage artificiel extérieur. 

La quantité globale de lumière émise la nuit n'a pas cessé d'augmenter depuis quelques décennies : + 94 % en vingt ans seulement et pour le seul éclairage public. Auquel il convient d'ajouter les lumières émises par les publicités, enseignes lumineuses, les façades, vitrines, bureaux non occupés, les parkings et sites privés, les illuminations diverses...

L’ANPCEN s'attache à expliquer et à prévenir l'ensemble des effets des éclairages extérieurs nocturnes non adaptés. Elle a adopté une approche globale et transversale afin d'éviter l'incohérence de certaines approches sectorielles, comme par exemple ne raisonner qu'en termes d'économies d'énergie en oubliant les effets sur la biodiversité ou les effets sur le sommeil et la santé. Ce qui peut conduire à des décisions contreproductives. Notre association se donne donc pour objectif la convergence et la cohérence des solutions proposées pour améliorer la situation actuelle et limiter collectivement la quantité globale de lumière émise la nuit.

« La Vie a besoin de la Nuit, la Nuit a besoin de nous »

Découvrez dans les sous-rubriques suivantes la pluralité des enjeux de la pollution lumineuse dont la qualité de la nuit dépend, ainsi que l'action de l'ANPCEN sur les textes : lois, décrets, arrêtés, normes, stratégies...

 

Merci de citer vos sources Anpcen lors de vos utilisations de nos données collectées.

Masquer la sous-rubrique

> Actualité

> Cartes à consulter

> Enjeux biodiversité et paysages

> Enjeux sanitaires et sociaux

> Enjeux énergie, climat, déchets

> Enjeux budgétaires

> Législation, Règlements et normes

> Enjeux de gouvernance

> Enjeux observation astronomique

> Inspiration et legs aux générations futures

> Enjeux de solidarité territoriale

> Enjeux de sécurité
Interview ANPCEN : témoignage de G. Gaillard rapporteure à l'Assemblée nationale de la loi biodiversité

L'ANPCEN a suivi pendant plus de deux ans le périple de la loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages. Nous avons réussi à faire inscrire 5 progrès majeurs dans une loi initialement muette sur les enjeux que nous promouvons depuis longtemps et après la loi de 1976 qui elle aussi ne disait rien des relations entre lumière et impacts sur l'environnement : consulter notre analyse détaillée et notre dossier de presse complet.

En lui décernant un coup de chapeau spécial, nous avons souhaité recueillir le témoignage de Geneviève Gaillard, rapporteure de la loi à l'Assemblée nationale qui a soutenu nos arguments et proposisions. Elle a accompagné et suivi l'ensemble des débats sur tous les articles.

 

" Cette réalité scientifique est désormais une réalité juridique " 

"Anpcen : Les enjeux de la qualité de la nuit ne figuraient pas dans la loi de 1976, ni dans une loi relative à la biodiversité, comment voyez-vous cette innovation ?

G. Gaillard : Il est heureux qu’éclairés par nos débats la nuit et les paysages nocturnes soient désormais consacrés comme intérêts à préserver. J’ai défendu cette idée depuis la première lecture. On sait d’un point de vue écologique et scientifique qu’un même milieu selon qu’il soit considéré le jour ou la nuit, peut connaître des fréquentations et interactions très différentes, être habités et être le même territoire d’espèces qui ne se rencontrent jamais. Cette réalité scientifique est désormais une réalité juridique. Comme les paysages nocturnes sont reconnus, cela renforce l’intérêt de se prémunir des pollutions lumineuses qui désorganisent tant d’espèces, affectent leur système de localisation. Nous avons corrigé un non-sens et une aberration liés au poids de l’anthropocentrisme dominant qui veut que nous accordions de l’intérêt à la nature à l’aulne de son utilité. De fait les espaces naturels présentent plus de potentiel et d’intérêt pour les activités humaines de jour que de nuit d’où la négation de cette réalité qui s’est ancrée au fil du temps jusqu’à aujourd’hui.

Anpcen : Quel article vous semble le plus prometteur dans la loi ?

G. Gaillard : Difficile … mais je pense que l’article qui est le plus porteur de progrès est l’article 2, avec la consécration de principes forts comme celui édicté en règle qui veut que nous tendions vers zéro perte nette de biodiversité, à une époque où le constat est celui d’une érosion continuelle de la biodiversité depuis le XIXème siècle dont nous sommes directement responsables.

Je citerai aussi le principe de solidarité écologique ou celui de non régression* qui veut que la protection de l’environnement fasse l’objet d’une amélioration constante et d’aucun recul de la réglementation.

Anpcen : Quelle autre avancée vous semble très innovante ou très importante dans la loi ?

G Gaillard : La création de l’Agence Française pour la Biodiversité, qui devra être dotée de moyens financiers réalisant une plue-value et un gage d’efficacité, même si  sa configuration est aujourd’hui un peu déséquilibrée avec un manque criant de représentation de la biodiversité terrestre, défaut qui je l’espère sera corrigé à l’avenir. La transposition du protocole de Nagoya et la lutte contre le pillage des ressources naturels et des appropriations à des fins  commerciales, sans contre-partie, des savoirs faire ancestraux. La reconnaissance d’un régime de responsabilité civile spécifique pour le préjudice écologique, qui fait que le dommage causé directement à la nature sera désormais réparable dans le droit fil de la jurisprudence Erika ; l’interdiction des néonicotinoïdes, sont des pas décisifs, attendus par l’opinion publique et les associations, mais  il fallait du courage politique pour les adopter sans les vider de leur force et de leur sens, comme quoi à cœur vaillant rien d’impossible.

Anpcen : Avez-vous constaté une meilleure compréhension des enjeux par les parlementaires ?

G. Gaillard : Je vais peut-être sembler dure, mais après trois lectures je déplore qu’un grand nombre de mes collègues n’appréhendent toujours pas avec précision, lucidité et responsabilité les enjeux portés par la conservation de la biodiversité. La thèse utilitariste à courte vue prime encore largement dans les approches du vivant et des interactions écosystémiques. On préfère encore parler de services écosystèmiques plutôt que de fonctions écologiques, le nombrilisme est toujours de mise sur nos bancs.

Les lobbies ont encore réussi à impacter les esprits et à projeter les vielles oppositions dépassées entre l’économique et l’écologique, tentant de prismer  la réalité, et de sacrifier l’intérêt général sur l’autel des intérêts particuliers. Mais au final nous avons su globalement y résister et à obtenir un texte avec des avancées majeures, j’en suis heureuse."

 

* Le principe de non régression que l'ANPCEN soutient indique : "la protection de l’environnement (...) ne peut faire l’objet que d’une amélioration constante, compte tenu des connaissances scientifiques et techniques du moment"
 

★  Découvrez l'interview ANPCEN de Barbara Pompili, Secrétaire d'Etat chargée de la biodiversité, auprès de la Ministre de l'environnement, de l'énergie et de la mer

★  Consultez le dossier de presse complet de l'ANPCEN


L'action de l'ANPCEN reconnue sur la plateforme gouvernementale : 
"la biodiv en  actions"

 



                

Nom : M.d.P. :    Identifiants oubliés

  

      Nous rejoindre :   
Rechercher :
parmi :
   
Traduire avec Google :
 
 
 









                                                                     Site internet de l'Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l'Environnement Nocturnes (ANPCEN) | 16 connecté(s) | Mode impression | Plan du site | Mentions légales