Adhérer
Faire un don
Nous écrire
Joindre un contact local
La vie est née avec l'alternance naturelle du jour et de la nuit que l'ANPCEN encourage.
Consultez plusieurs fois notre site : couleurs et sons de la nature évoluent avec le cycle des heures !
Nous sommes le 23 juillet 2019 et il est
. Aujourd'hui la nuit commence à 22:11 à Paris.
  Ecoutez les sons de la nature en cliquant sur le haut-parleur
> Découvrir l'association

> Découvrir les enjeux de la qualité de la nuit

Soutenir nos actions

> Comprendre nos positions et actions nationales

> Comprendre nos actions locales

Villes et Villages étoilés

> Participez vous aussi au suivi de la qualité de la nuit

> Découvrir soutiens et témoignages

> Échanger

 

 

 

  La nuit ?

 

 

 

La nuit, c'est la moitié de la vie. De nos vies...

Chaque jour, la vie est un cycle nourri autant par le jour que par la nuit. En une cinquantaine d’années, les humains ont bouleversé cette alternance naturelle du jour et de la nuit en développant de manière anarchique et disproportionnée l’éclairage artificiel extérieur. 

La quantité globale de lumière émise la nuit n'a pas cessé d'augmenter depuis quelques décennies : + 94 % en vingt ans seulement et pour le seul éclairage public. Auquel il convient d'ajouter les lumières émises par les publicités, enseignes lumineuses, les façades, vitrines, bureaux non occupés, les parkings et sites privés, les illuminations diverses...

L’ANPCEN s'attache à expliquer et à prévenir l'ensemble des effets des éclairages extérieurs nocturnes non adaptés. Elle a adopté une approche globale et transversale afin d'éviter l'incohérence de certaines approches sectorielles, comme par exemple ne raisonner qu'en termes d'économies d'énergie en oubliant les effets sur la biodiversité ou les effets sur le sommeil et la santé. Ce qui peut conduire à des décisions contreproductives. Notre association se donne donc pour objectif la convergence et la cohérence des solutions proposées pour améliorer la situation actuelle et limiter collectivement la quantité globale de lumière émise la nuit.

« La Vie a besoin de la Nuit, la Nuit a besoin de nous »

Découvrez dans les sous-rubriques suivantes la pluralité des enjeux de la pollution lumineuse dont la qualité de la nuit dépend, ainsi que l'action de l'ANPCEN sur les textes : lois, décrets, arrêtés, normes, stratégies...

 

Merci de citer vos sources Anpcen lors de vos utilisations de nos données collectées.

Masquer la sous-rubrique

> Actualité

> Cartes à consulter

> Enjeux biodiversité et paysages

> Enjeux sanitaires et sociaux

> Enjeux énergie, climat, déchets

> Enjeux budgétaires

> Législation, Règlements et normes

> Enjeux de gouvernance

> Enjeux observation astronomique

> Inspiration et legs aux générations futures

> Enjeux de solidarité territoriale

> Enjeux de sécurité
Veille ANPCEN : le rapport de l'IPBES sur l'état de la biodiversité

Les enjeux du climat sont documentés par le GIEC, ceux de la biodiversité par l'IPBES qui vient de publier le rapport d’évaluation mondiale sur la biodiversité et les services écosystémiques, document le plus exhaustif réalisé à ce jour.

Élaboré par 145 experts issus de 50 pays au cours des trois dernières années, avec des contributions additionnelles apportées par 310 autres experts, le rapport évalue les changements au cours des cinq dernières décennies et fournit un aperçu complet de la relation entre les trajectoires de développement économique et leurs impacts sur la nature. 

L'ANPCEN a déjà alerté de nombreuses fois et depuis des années sur les effets de la lumière artificielle la nuit sur le vivant. Ces éléments sont encore trop peu pris en compte. Pourtant la pollution lumineuse est une pression qui se combine à toutes celles qui créent cette disparition de la biodiversité.

L'IPBES indique que les trois quarts de l'environnement terrestre et environ 66 % du milieu marin ont été significativement modifiés par l’action humaine. "Les contributions apportées par la biodiversité et la nature aux populations sont notre patrimoine commun et forment le plus important ’filet de sécurité’ pour la survie de l'humanité".

Le rapport estime qu’environ 1 million d'espèces animales et végétales sont aujourd'hui menacées d'extinction, notamment au cours des prochaines décennies, ce qui n’a jamais eu lieu auparavant dans l'histoire de l’humanité. Les auteurs de l'évaluation ont classé, pour la première fois à une telle échelle et sur la base d’une analyse approfondie des données disponibles, les cinq facteurs directs de changement qui affectent la nature et qui ont les plus forts impacts à l’échelle mondiale. Les facteurs responsables sont, par ordre décroissant : les changements d’usage des terres et de la mer ; l'exploitation directe de certains organismes ; le changement climatique ; la pollution ; les espèces exotiques envahissantes.

Des associations de protection de l'environnement attirent une fois encore l'attention sur l'urgence d'agir : ANPCEN, ASPAS, FERUS, HUMANITE ET BIODIVERSITE, LPO, SNPN, SURFRIDER.

Anne-Marie Ducroux, présidente de l’ANPCEN : « Nos paysages diurnes et nocturnes sont un patrimoine commun de la nation et chacun a le devoir de préserver l’environnement dit la loi. Alors verrons-nous au 21ème siècle, de nos yeux, une mobilisation politique et sociétale à la hauteur des enjeux et des conséquences de la disparition de la biodiversité pour la société ? Scientifiques et associations ont lancé toutes les alertes. Ne laissons pas aux seuls phénomènes visibles le droit de cité en abandonnant les disparitions irréversibles dans la nature, invisibles ou silencieuses. »

Marc Giraud, porte-parole de l’ASPAS : « Face à la 6ème extinction de masse, la France reste apathique. Moins de 1 % du territoire français est dédié à la nature sauvage (parcs nationaux, réserves naturelles, réserves de biosphère intégrales, etc.). Et même dans ces espaces préservés, la chasse, l’exploitation forestière ou agricole sont le plus souvent autorisées. Les espèces protégées, elles, ne le sont qu’à condition de ne pas déranger, le loup en est l’exemple le plus criant. Aujourd’hui, il n’y a plus d’espaces et d’espèces sérieusement préservés dans l’Hexagone. Nous attendons que l’État prenne des décisions concrètes et rapides pour protéger le peu qu’il reste et créer de nouveaux espaces naturels dignes de ce nom ».

Bernard Chevassus-au-Louis, président d’Humanité et Biodiversité : « Les conclusions de la communauté scientifique mondiale nous alertent sur l’érosion de la biodiversité, mais nous offrent aussi les pistes d’actions pour éviter la catastrophe. Nous attendons maintenant des décideurs politiques et économiques qu’ils s’en saisissent et passent à l'action ! L'érosion de la biodiversité n'est pas une fatalité. On sait que lorsque des politiques responsables et dotées de moyens adéquats sont mises en place, la reconquête de la biodiversité est possible. C'est par exemple le cas, sous l’impulsion de directives européennes, pour les milieux aquatiques. Le nombre d’espèces de poissons dans la Seine en aval de Paris a été multiplié par 10 en 50 ans ».

Pour Allain Bougrain Dubourg, président de la LPO : « Que les pouvoirs publics ne s’inquiètent pas de la disparition des espèces dans les années 1980, c’était un manque d’anticipation. Qu’ils n’en tiennent pas compte dans les années 1990, c’était déjà plus inquiétant. Qu’ils ne prennent pas la mesure de l’effondrement du vivant dans les années 2010, c’était inconscient. Qu’ils n’en tiennent toujours pas compte en 2020, avec le niveau de connaissance acquis, ce serait un crime contre l’humanité ».

Rémi Luglia, président de la SNPN : «Depuis 150 ans les savants français et internationaux ne cessent d’alerter sur la dégradation de la nature, à partir de données et d’études scientifiques solidement documentées. Nos dirigeants doivent saisir l’enjeu vital de cette perte de biodiversité, et appliquer des mesures fortes. Les jeunes générations, dont l’avenir est en jeu, en sont, elles, conscientes, et l’exigent. »

Jacques Beall, vice-président de Surfrider : « L’année 2019 est cruciale au niveau international pour que nous, responsables politiques, organisations et citoyens, changions de paradigme sur notre manière de « gérer la planète » et la biodiversité : le rapport de l’IPBES d’aujourd’hui ; le G7 en août à Biarritz avec à l’agenda l’environnement, la biodiversité et l’océan ; le rapport spécial Océan et Cryosphère en septembre. Il est urgent pour la France de sortir des positions convenues et de montrer enfin un réel engagement pour la biodiversité : les solutions sont là, il faut les prioriser en mettant en face les moyens et les accompagnements nécessaires y compris dans les Outre-mer. MakeOurBiodiversityGreatAgain ! »


Le communiqué de presse de l'IPBES :

Dangereux déclin de la nature. Un taux d'extinction des espèces sans précédent et qui s'accélère

 

 



                

Nom : M.d.P. :    Identifiants oubliés

  

      Nous rejoindre :   
Rechercher :
parmi :
   
Traduire avec Google :
 
 
 









                                                                     Site internet de l'Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l'Environnement Nocturnes (ANPCEN) | 23 connecté(s) | Mode impression | Plan du site | Mentions légales